En 2015, je prenais la décision de me lancer l'aventure de la micro-entreprise pour pouvoir avancer dans des domaines qui me passionnent : la communication, la mode et le blogging. Un choix sur lequel je souhaitais faire bilan après un peu plus de deux ans d'activité.

Lorsque je m'étais lancé, j'avais déjà répondu à quelques questions que vous m'aviez posé  sur la vie de blogueuse et en relisant cet article, je dois dire que pas mal de choses ont changé. Alors je me suis dit qu’un nouveau petit post sur la question vous plairait, car vous restez nombreuses et nombreux, à vous interroger sur cet univers. Attention, ça va être long, alors installez-vous confortablement !

Etre blogueuse, un métier ?

En janvier 2018, le blog fêtera ses 4 ans ! Le temps passe à une vitesse folle et beaucoup de choses se sont produites ces dernières années. Lorsque je suis devenu freelance, j'ai été inscrite dans le registre des entreprises en tant que : blogueur professionnel. Mais alors qu'est-ce que ça signifie ?

Ce statut fait grincer des dents, mais oui, bloguer est un travail, un métier je ne sais pas, mais un travail, c'est une évidence ! N'en déplaise à certains. J'ai un métier de formation qui est assistante sociale, un métier que j'aime et pour lequel j'ai fait des études. Le blog pour moi est une passion, qui effectivement, au vu du nombre d'heures passées, me demande du travail. Un travail, que je ne fais pas toujours que pour moi, mais pour une marque qui devient donc mon client, qui attend une production ou une prestation.

Sous prétexte que la plupart des gens ne comprennent pas de quoi il s'agit et pense qu'il suffit de se prendre en photo (mais c'est un autre débat), nous ne devrions pas être rémunérés ? Tout travail mérite salaire et cela s'applique aussi au blog. Cette passion, m'a aussi amené à découvrir des métiers qui aujourd'hui me passionnent comme : community manager, rédacteur mode, consultant e-RP (relations presse digitale) et d'ailleurs, j'ai fait une formation en marketing digital pour faire reconnaître et capitaliser tout ce que le blog m'a appris.

Alors oui, c'est un parcours atypique, oui aujourd’hui mon blog est mon CV et valide un certain nombre de compétences techniques pour lesquelles je n'ai pas fait d'études au préalable (mais que j'ai acquis seule à l'huile de coude et par passion). Je trouve gratifiant, que l'on puisse valoriser tout cela auprès des marques, d'entreprises et du public. 

Crédits Photos © GISELE IS NERDY

bilan freelance et blogueuse professionnelle après deux ans

Comment je m'organise ?

Pour les non-initiés, le blogging, c'est du charabia ou juste une poignée de privilégiés qui vont en vacances gratuitement, reçoivent des cadeaux toute la journée, sont payés pour rien et passent leur vie en soirée. Cette description vulgaire mais pourtant commune est très loin d'être mon quotidien.

Depuis que j'en ai fait une activité rémunérée, clairement, je n'ai plus de week-end et mes soirées se transforment souvent en session de travail jusqu'à tard dans la nuit. Loin de moi l'idée de me plaindre, mais c'est pour que vous compreniez le temps que ça demande. C'est quoi en fait mon job de blogueuse ?

Répondre aux mails (ça prend plusieurs heures), faire le suivi des projets et parutions, rédiger et réfléchir aux prochains articles (sachant qu'un article me demande en moyenne entre 4h et 6h de travail et je publie environ 4 articles par semaine), la direction artistique (mise en scène Instagram, organisation des shootings photo pour des looks ou des produits, traitement photo), les événements, la communication et la modération des commentaires sur les réseaux sociaux, la facturation, la comptabilité...et c'est une liste non exhaustive.

Le lundi est une journée totalement freelance, où je travaille de chez moi, le reste du temps, je suis assistante sociale et je change de casquette, dès que j'en sors. Mon poste d'assistante sociale est modulable et me permet de très bien concilier les deux, mais autant vous dire que mes journées sont à rallonge. Sans compter ma vie personnelle, que j'essaie de ne pas négliger et je peux vous dire que ce n'est pas évident, d'autant plus que je suis désormais maman ! Mes priorités sont donc en train de changer.

Merci à mon agenda connecté !

La gestion du blog et du quotidien, c'est toute une histoire ! Alors pour m'aider, j'ai un planning éditorial, plus tout un tas d'outils informatique qui m'aide à tout maîtriser et auxquels j'ai accès directement sur mon téléphone. En revanche, pour mon organisation quotidienne, j'inscris tout dans mon iPhone, mais tout cela se retrouve régulièrement mis à mal, car dépendant de ma batterie (autant vous dire que je me retrouve donc souvent en galère #iPhonelife ).

Pour 2018, j'ai décidé de prendre une petite résolution pour continuer à m'organiser au mieux, ce dont j'ai vraiment besoin avec l'arrivée de ma fille. Pour bien gérer ma vie de maman, de femme, de blogueuse, de freelance et d'assistante sociale (mon dieu ça fait beaucoup de casquette) , j'ai décidé de revenir à un agenda papier en complément et le mien vient de chez Oxford.

J'ai choisi leur agenda Signature pour son élégance et sa finesse. Il y a plusieurs formats mais pour moi, c'est le journalier car j'aime avoir la place d'écrire aussi des notes ou pensées donc un jour par page, c'est beaucoup mieux. Et petit bonheur en prime, c'est un agenda connecté !

En effet avec l'application SCRIBZEE d'Oxford et grâce aux quatre repères aux coins des pages, on peut scanner nos pages écrites pour enregistrer nos rendez-vous dans le calendrier de votre téléphone, mettre en place des alertes ou encore sauvegarder des pages de notes. Je sens que je vais être hyper productive avec ce petit bijou (vous pouvez vous le procurer ici au tarif de 20€60 si ça vous intéresse) !

bilan freelance et blogueuse professionnelle après deux ans
bilan freelance et blogueuse professionnelle après deux ans
bilan freelance et blogueuse professionnelle après deux ans

Le statut de freelance

Lancer sa micro-entreprise n'a vraiment rien de compliqué, en deux clics ou presque, ça se fait en ligne. Si vous ne le saviez pas, c'est une activité que vous pouvez exercer à temps plein (seule source de revenus) ou en complément d'un emploi salarié (sauf pour les fonctionnaires).

Cela va vous donner de la crédibilité, mais surtout vous permettre de facturer vos prestations et actes. Je prévois de vous faire un article détaillé là-dessus avec les choses à faire et les erreurs à ne pas commettre, pour celles et ceux qui seraient intéressé, car après deux ans d'expérience, j'ai assez de recul pour vous en parler.

Pourquoi avoir choisi ce statut ? Parce que c'est le seul aujourd'hui qui me permet d'avoir un statut légal. En effet, on me sollicitait de plus en plus pour des prestations rémunérées en lien avec le blog, et à partir du moment où on perçoit certaines sommes d'argent, il faut le déclarer. Mon activité de blogueuse ne me rapporte pas assez pour créer une SARL alors l'auto-entrepreneuriat était la seule option mais je n'en suis pas satisfaite.

Je ne serais plus auto-entrepreneur d'ici fin 2018, tout simplement, car ce n'est pas rentable. Toutes les grandes blogueuses que vous voyez vivre de leur blog, ont généralement désormais une société à leur nom, je vous laisse donc imaginer leurs revenus pour pouvoir se le permettre, mais ce n'est absolument pas mon cas. Et bien que je m'estime déjà chanceuse de faire partie de celle qui gagne de l'argent avec son blog,  il y a énormément de choses que je fais gratuitement (comme la plupart des blogueuses).

Lorsqu'on se défonce pour produire un travail et qu'on nous prend environ 1/4 de nos revenus, sans compter les frais annexes liés à ce statut et au fait d'être blogueuse, clairement ça donne à réfléchir. Je me renseigne aujourd'hui sur d'autres statuts qui seraient plus adaptés, car au-delà du blog, il m'arrive également de faire du community management et du consulting pour des marques ou des agences de communication.

Les revenus

Le blogging suscite une espèce de fantasme incroyable, notamment sur les montants que l'on gagne. Les sommes que vous imaginez ou dont on vous parle, sont souvent réelles, mais pour une minorité de blogueuses. Les petites ados qui s'imaginent qu'on peut faire ça toute sa vie et qui disent qu'elle veut être blogueuse plus tard, méfiez-vous ! C'est du boulot, ça demande beaucoup d'efforts, parfois des sacrifices, des compromis et comme on dit : il y a beaucoup d'appeler, mais peu d'élus.

Il ne devrait pas, il y avoir de tabou sur la question financière, mais c'est un aspect qui dérange beaucoup en France. Dès que l'on sort des clous, il faut se justifier sur le pourquoi du comment, on est payé telle somme. Alors, je vais vous donner un ordre d'idée simple basé sur les statistiques de mon blog (entre 10 000 et 15 000 visiteurs uniques par mois et 3 800 followers sur instagram).

C'est très loin des revenus de certaines blogueuses bien connues et qui d'ailleurs refuse de parler de leur revenu ! La seule à l'avoir un petit peu fait est Coralie du blog Elles en parlent, si ça vous intéresse. Personne n'a à se justifier, mais je trouve intéressant pour tout le monde, de comprendre comment cela fonctionne, tout simplement. :

  • Photo Instagram : entre 30€ et 100 €
  • Article sponsorisé : entre 100€ et 500€
  • Community management et consulting : 2000€ (en moyenne en fonction de la prestation demandés et la durée de celle-ci)

Bien sûr, on reçoit beaucoup de produits et de manière quotidienne, mais ce n'est pas une rémunération du tout, c'est normal. Je ne vois pas comment on peut vous parler de quelque chose que l'on n'a pas testé avant. Il est donc régulier que l'on parle de produits que l'on a reçus, certes gratuitement, mais la marque ne nous paye absolument pas pour le faire.

Où le blog en est et où est-ce que j'en suis ?

Le blog est un travail à part entière, je l'aime, je l'apprécie et je mesure ma chance d'être soutenue, reconnue pour ce que je produis à travers celui-ci. Mon média a changé ma vie, je vis des expériences extraordinaires, j'apprends, je me forme, je suis réellement passionné par tout ça !

Mais oui, ça prend du temps, cela demande une sacrée organisation et je me sens parfois envahie, sous pression, car je ne compte pas mes heures et que j'ai des deadlines, mais je suis reconnaissante pour cette vie hors du commun. Je suis très fière de ce qu'est devenu le blog en 4 ans, fière du travail fourni et d'avoir réussi à évoluer tout en gardant mon intégrité.

Devenir maman, a beaucoup changé ma vision des choses, j'aurais l'occasion de développer cela dans d'autres articles, mais le blog est surtout une incroyable passion, qui continue à m'apporter et me motiver. Avec ma fille en plus de mon mari, il va y avoir un nouvel équilibre à trouver, mais il n'y a pas de raison que je n'y arrive pas !

Article sponsorisé par OXFORD

bilan freelance et blogueuse professionnelle après deux ans
Author

Nathalie Njikam est la créatrice du blog Crazy Soprane depuis 2014. Elle y publie régulièrement ses looks, ses conseils de style et morphologie, ses découvertes beauté, ses récits de voyage et bonnes adresses à Paris. Mais ici, on parle aussi body positive, bien-être, santé et estime de soi, mon crédo: « la différence est un cadeau » .

6 Comments

  1. Je suis curieuse de connaître la suite de ton aventure et pour quel statut tu vas opter 🙂 l’investissement devrait toujours payer. Bonne continuation

  2. Un très bel article, je suis auto entrepreneuse moi aussi et oui le blog est mon deuxième travail. Ca me demande un temps de fou et personne ne voit le quart du travail que j’accomplis.
    Mais c’est ma grande passion et je ne me plains pas 🙂
    Biz Jeny

    • Etre son propre chef, c’est beaucoup d’investissement même si il y a de l’amour et de la passion, quelque soit le domaine et beaucoup trop de gens l’oublie ! 🙂

  3. J’ai dévoré ton article ! Il est vraiment très bien écrit !
    Bravo pour ton travail, tu es un modele pour moi !
    J’espère que tu vas encore et encore et encore continuer de nous faire rever

Hâte de lire votre avis