Tag

vie de parents

Browsing

La confiance en soi et l'estime de soi, ça s'acquiert dès le plus jeune âge et se construit, notamment, au travers de l'autonomie. L'autonomie ! C'est un enjeu pour votre loulou et en même temps, c'est progressif et ça demande de la patience, des encouragements, de la valorisation et ne doit pas devenir l'objet d'un malaise ou d'une pression.

Être autonome, c'est grandir, mais c'est aussi devenir indépendant, réfléchir par soi-même, prendre des initiatives. Alors comment aider son enfant à évoluer et trouver sa place ?

Accompagner son enfant vers l'autonomie sans tout contrôler

On a souvent tendance à faire les choses à sa place pour l'aider, pour que ce soit plus rapide ou parce qu’on imagine (à tort) qu’il n'y arrivera pas sans nous. Détrompez-vous, ces petits êtres humains peuvent être très étonnants.

Les règles d'or

  • Réservez un temps dédié à cet apprentissage : Paris ne s'est pas construite en un jour.
  • Veillez à ce que votre enfant soit bien disponible : si il n'a pas envie ou n'est pas réceptif, pas la peine d'insister, il y aura plein d'occasions dans la vie quotidienne pour y revenir.
  • En premier lieu, on lui montre les choses, doucement, en commentant chaque étape et en détaillant les gestes. Au départ, il fera preuve de mimétisme et petit à petit, il y mettra du sens.
  • La répétition et la régularité, c'est la clé ! Faites lui reproduire chaque geste, en le guidant à voix haute et en commentant ses erreurs et ses réussites mais toujours avec bienveillance et sans excès (que ce soit positif ou négatif).
  • Ne passez pas à l’étape suivante si la première n’est pas acquise.
  • Une fois qu'il progresse, restez présent à ses côtés en le guidant un peu si besoin mais sans le diriger, on le laisse faire.

Observez et suivez votre enfant

Mon point de départ, ça a toujours été : Ava. Je ne lui impose rien, mais en revanche, je lui propose régulièrement des activités nouvelles en fonction de l'intérêt qu'elle montre spontanément et du coup, elle intègre très vite. Si l'envie vient de votre enfant, ce sera forcément plus facile à assimiler pour lui.

EXEMPLE : lorsque j'ai repéré qu'Ava se débattait avec son manteau et ses chaussures pour les retirer, j'ai pris le temps de lui montrer comment procéder, à chaque fois qu'on rentrait de la crèche. Ensuite, quand elle a montré une envie de ranger son manteau, j'ai installé dans l'entrée deux porte-manteaux à sa hauteur.

RESULTAT : désormais, à chaque fois qu'on rentre à la maison, seule, elle enlève son manteau et l'accroche. Ensuite, elle défait ses lacets (ou son scratch) et je l'aide à retirer ses chaussures. Pour finir, elle retire ses chaussettes seules, les glissent dans ses chaussures et range celles-ci à l'endroit prévu à cet effet.

Confier des tâches

Réfléchissez à ce que vous faîtes à la place de votre enfant alors qu’il pourrait très bien le faire seul et intégrez cela dans une petite routine simple.

EXEMPLE : Ava veut souvent faire comme "les grands", elle imite et prend des initiatives, j'ai donc décidé de la suivre dans ce sens. Elle a renversé son verre d'eau sur la table ? Au lieu de m'agacer, je lui donne un torchon pour qu'elle nettoie elle-même. Elle le fait avec beaucoup de concentration et elle est super contente de me rendre le torchon en disant "Voilàààà".

RESULTAT : dans le bain, elle me demande le savon et se frotte le corps, elle a le réflexe de se brosser les dents, se laver le visage avec son gant, elle débarrasse son assiette, range ses jouets, m'aide à mettre les courses dans le frigo, nettoie sa table, plein de petites tâches du quotidien comme ça qui sont devenus routinières pour elle.

Dites-lui qu'il est capable

L’idée ce n'est pas de lui confier de grandes responsabilités tout de suite, mais de lui montrer qu’il peut commencer à faire quelque chose seul, sans vous, tout en vous sachant à proximité. Cela va le pousser à tenter des expériences, prendre des initiatives et relever des petits défis au quotidien.

Faire quelques aménagements

Pour que votre enfant participe et l'encourager, vous pouvez faire quelques aménagements très simples à la maison pour mettre des petites choses à sa hauteur (en toute sécurité bien sur). Concernant l'organisation de la chambre d'Ava, je me suis appuyé sur la méthode Montessori avec l'installation d'un lit au sol par exemple.

Pour le reste, comme je le disais plus haut, j'ai par exemple installé des porte-manteaux à sa hauteur. Dans la salle de bain, elle a son pot ainsi que son propre lavabo d'apprentissage, pour pouvoir se brosser les dents et laver le visage seule. Côté cuisine, elle a une petite bassine avec son chiffon, rangé au sol, dont elle peut se servir quand elle le souhaite.

Ce que mon expérience avec ma fille m'a appris

S'il y a bien une chose que j'ai apprise avec ma fille, c'est que chaque enfant a son propre rythme, il n'y a pas de règle générale et on ne peut pas calquer l'évolution d'un enfant sur un autre. Soyez patients et soutenants !

Régulièrement, encouragez votre enfant à faire seul au lieu de lui proposer spontanément votre aide. Ava n'a que 22 mois et pourtant, plusieurs tâches (adaptées à ses capacités) lui sont confiées et c'est un succès.

N'oubliez pas de l'encourager, le valoriser et le féliciter. La joie sur le visage d'Ava lorsqu'elle fait quelque chose de bien ou réussit une activité et que je lui dis, ça vaut tout l'or du monde.

Vous pouvez avoir du mal à lâcher votre enfant, mais n'oubliez pas que plus d'autonomie pour lui, c'est plus de liberté pour vous ! Donc c'est tout bénéfice pour chacun.

Voilà un mois que nous sommes rentré de  République Dominicaine  , après 2 semaines de farniente. C'était le premier vol long courrier d'Ava et je ne vais pas vous mentir, ça m'angoissait terriblement. Pour moi, c'est une habitude, mais pour elle, c'était une première.

Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre et comment elle allait le vivre, du coup, je m'étais dit que je devais tout préparer pour que ce soit le plus agréable possible, pour elle, comme pour moi.

Un voyage en avion avec son bébé, ça s’organise, alors comment faire pour que son baptême de l'air soit une réussite ? Je vous raconte comment ça s'est passé pour nous et tout ce que j'ai préparé avant le départ.

Voyager sereinement avec un bébé

Anticipez les formalités

J'ai toujours entendu dire que jusqu'à 2 ans, l'avion, c'était gratuit pour les bébés. Ce n'est pas tout à fait vrai ! En tout cas, pas sur des vols long-courriers. Sur les vols internationaux, il paiera une partie du prix du billet (environ 15 %) et il voyagera sur vos genoux, donc clairement, il faut être prêt mentalement.

Si vous êtes avec un nourrisson en revanche, vous pouvez bénéficier d'une place adaptée avec un berceau; donc n'hésitez pas à prévenir la compagnie aérienne. Côté papiers, votre enfant doit avoir son propre passeport si vous voyagez en dehors de l’Europe. Sinon, sa carte d’identité suffit.

Prendre des vols directs et de préférence, le matin ou le soir

Je suis du genre à prendre les billets les moins chers, peu importe l'horaire, mais avec Ava, j'ai préféré jouer la sécurité. Je n'avais pas du tout envie de la fatiguer inutilement, donc j'ai pris un vol direct à 9 h du matin à l'aller et à 14h au retour.

À l'aller, ça été compliqué, elle a peu dormi et a fait quelques crises. Voyager sur les genoux, c'était difficile pour elle comme pour moi. Heureusement, il y avait quelques places vides, une hôtesse nous a donc gentiment déplacé spour qu'elle puisse avoir son siège à elle ! Ca été d'une grande aide.

Au retour, sage comme une image durant tout le trajet et surtout le choix d'horaire était le bon puis qu'elle a fait sa nuit et a dormi quasiment tout le vol. Elle s'est réveillé 1h avant l'atterrissage à 8h du matin.

S’habiller confortablement

Pour bébé, prévoyez des habits agréables, confortables et simple pour le change. Pour vous, pareil ! Une tenue confortable et pour repousser l'épreuve de la table à langer hyper étroite de l’avion, je vous conseille de changer votre bébé avant d'entrer dans celui-ci.

Mettre bébé dans les meilleures conditions possibles

Un voyage en avion peut se révéler assez stressant pour votre bébé. Durant le vol, veillez à ce qu’il boive régulièrement, car il peut se déshydrater. Prévoir un petit gilet, une couverture légère ou un lange, car avec la climatisation, il peut prendre froid.

Concernant le change et la nourriture, j'avais prévu large pour anticiper un éventuel retard. J'avais préparé un biberon, ainsi que plusieurs petits snacks. J'avais payé un supplément pour avoir un repas bébé, histoire de ne pas trop encombrer mon sac non plus. Enfin, pensez à ce qui peut le rassurer comme son doudou par exemple, Ava n'a pas lâché le sien.

Avoir un sac à langer pratique

Heureusement que j'avais un super sac à langer ! Il est de la marque Lassig et c'est simple, je l'adore. C'est un sac à dos, stylé, hyper pratique, avec tout un tas de poches intérieures et extérieures, des rangements, une housse isotherme pour le biberon, une petite trousse mais surtout, un tapis à langer étanche.

Munissez-vous vraiment d'un sac à langer pratique ou tout est accessible facilement, histoire de ne pas jouer les contorsionnistes dans l'avion. N'oubliez pas non plus de constituer une petite trousse à pharmacie de base : doliprane, sérum phy, thermomètre, etc.

L'occuper

N'hésitez pas à marcher dans les allées de l'avion pour le défouler, côté jouets, prenez-en qui prennent peu de place et ne sont pas trop bruyants ! Évitez les jouets avec différentes pièces, autrement, vous êtes bon pour passer votre vol à 4 pattes sous les sièges.

J'ai également créé un Busy Kit pour l'occuper et elle a adoré. Il était constitué de plusieurs pochettes, remplies avec différentes activités : papier et crayola, gommettes, coloriage.

Le porte bébé

Idéal pour calmer plus facilement bébé, ne pas trop le manipuler quand il dort et indispensable pour gérer les attentes. Vous aurez ainsi les mains libres pour faire ce que vous avez à faire, gérer les valises etc. Le mien m'a clairement sauvé la vie, je ne sais pas comment j'aurais fait sans.

Personnellement, je suis fan du mien. C'est un porte-bébé hybride de chez Tula et quel bonheur pour toutes les deux. Il est physionomique, ergonomique, moitié porte-bébé classique, moitié écharpe. Je vous le conseille à 100% pour son confort.

Ne pas faire attention aux regards des autres et restez calme

Don't panic ! Si vous avez de la chance, votre enfant sera sage comme une image durant tout le vol, mais il est possible aussi que ce ne soit pas le cas et ce n'est pas grave. Les regards malveillants et excédés de vos voisins, on s'en fiche.

Ils ne seront jamais plus fatigués et embêtés que vous de toute façon donc clairement, on ne fait pas attention à eux. Si votre bébé est pénible, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas, il ne le fait pas exprès.

Voyager à 2 si possible

Ce n'est pas toujours possible, mais si vous partez en famille, profitez-en ! Ça donne la possibilité de se relayer en cas de pétage de plomb de bébé. Je suis partie avec ma cousine et ça a été un véritable soulagement. Elle m'a bien aidé et j'ai pu avoir des temps sommeil.

Je vous conseille également le blog de Love Live Travel et BB Jetlag qui m'ont beaucoup aidé à préparer ce premier grand voyage avec ma fille

Tous les produits mentionnés m'ont été offerts par les marques.

Mes parents nous ont emmenés dans pas mal d'endroits étant plus jeune ! Le Futuroscope, Disneyland, le zoo de Beauval, Center Parcs et j'en passe. J'en garde de très bons souvenirs de famille et je me suis toujours dit que c'est le genre de chose que je ferais avec mes enfants, si j'en avais un jour.

C'est désormais le cas ! Alors lorsque le parc à thème le Pal, a proposé à toute ma petite famille de venir le découvrir, j'étais juste super ravie ! Alors ni une, ni deux, on a planifié tout ça et nous nous sommes rendu dans l'Allier pour cette journée en famille.

Avis sur le parc animalier et d'attractions Le Pal dans l'Allier

Le Pal, dans le top 5 des parcs d'attractions français

Le Pal est le premier site de loisirs en Auvergne-Rhône-Alpes et le cinquième parc d’attractions en France. Fondé en 1973, étendu sur plus de 50 hectares, il attire toute l'année de nombreuses familles. Son originalité ? Il rassemble à la fois un parc zoologique et un parc d'attractions.

De plus, le PAL s’est engagé depuis avril 2007 dans une démarche environnementale Green Globe. Cette année, le parc a reçu le Green Globe Gold pour récompenser les actions d'amélioration de sa gestion environnementale et sociale (Green Globe est une certification internationale pour le tourisme durable.). C'est le premier parc de loisirs français et l’un des seuls parcs européens à obtenir cette distinction.

Les attractions

Côté loisirs, 28 attractions attendent toute la famille, et ce, pour tout les âges. Le plan est très bien construit, il est tout de suite indiqué la limite de taille, si l'enfant doit être accompagné ou non. Cela nous a permis de repérer très vite, ce qui allait être possible pour Ava ou non et de construire notre découverte du parc, en fonction de cela.

On ne s'est pas ennuyé, on a fait 7 attractions il me semble avec elle, évidemment pour nous parents c'était un peu redondant mais pour elle, a 21 mois, c'était juste l'éclate et on était ravis de la voir si contente.

Les animaux

Le parc animalier compte 700 animaux des cinq continents qui évoluent en semi-liberté dans leur milieu naturel reconstitué. Il y a également trois spectacles (otaries, rapaces en vol et perroquets) qui sont proposées, ainsi que le goûter de certains animaux, présenté par leur soigneur.

On a été quand même un peu déçu car Ava était simplement trop jeune et trop petite pour d'une part, s'y intéresser et d'autre part, bien observer. Néanmoins, il y a une mini-ferme où chèvres et autres compagnons de ferme, circulent en liberté. On a donc pu s'en donner à cœur joie avec notre choupette et on se demande encore qui avait le plus peur de l'autre, entre la petite biquette et elle !

Avis sur le parc animalier et d'attractions Le Pal dans l'Allier
Avis sur le parc animalier et d'attractions Le Pal dans l'Allier
Avis sur le parc animalier et d'attractions Le Pal dans l'Allier

Où avons-nous dormi ?

Nous avions réservé un hôtel à 20 km du parc car on s'y est pris à la dernière minute. Cependant, il y a de nombreuses locations possibles dans le secteur mais si vous voulez vivre une expérience un peu différente, le parc propose un hébergement atypique unique en Europe, "Les Lodges du PAL". Dans un cadre aussi exceptionnel qu’original, le PAL invite les visiteurs à prolonger leur séjour pour vivre l’expérience inoubliable d’une nuit au cœur de la savane ou au milieu des grands lacs.

Tarifs

À partir de 25.50 euros pour les adultes, 22.50 euros pour les enfants (de 1 mètre à 9 ans). Gratuit pour les enfants de moins de 1 mètre. Vous trouverez également différents lieux de restauration, des aires de pique-nique, des espaces bébé et il y a la possibilité de louer des poussettes.

Concernant les personnes à mobilité réduite, vous pouvez louer des scooters adaptés. Le PAL est labellisé Tourisme et Handicap.

Avis sur le parc animalier et d'attractions Le Pal dans l'Allier
Avis sur le parc animalier et d'attractions Le Pal dans l'Allier

Alors le parc le Pal, ça vaut le coup ?

C'était plutôt sympathique et on a passé une journée agréable, Ava s'est régalée, elle était très excitée et dans son élément. Pour ce qui est des attractions, on a vraiment bien rigolé et on a pu accompagner Ava dans pas mal d'activités quand même, c'est vraiment bien adapté aux petits.

CONSEIL : le parc animalier, je le conseille plutôt pour les plus grands (4-5 ans) car les animaux sont assez éloignés donc si l'enfant n'a pas une taille suffisante, clairement, c'est inutile, car il ne verra rien. Heureusement, comme je le disais plus haut, il y avait quand même une mini-ferme, donc c'était super pour Ava !

BONUS : le parc est vraiment adapté à la chaleur : brumisateur extérieur partout et pas mal de coin d'ombre, c'est très pratique. Le jour où on y est allé, était une journée très chaude donc on était contents d'avoir ces équipements extérieurs un peu partout.

⚠️S'il fait trop chaud, comme c'était le cas lors de notre visite, potentiellement, vous ne verrez pas beaucoup d'animaux ! Ils se cachaient tous, peut-être pour aussi se protéger de la chaleur, j'imagine.

Vous connaissiez ce parc vous ? Nous pas du tout et on ne regrette pas d'y être aller !

Le PAL
Saint-Pourçain-sur-Besbre
03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE
Plus d'informations

Avis sur le parc animalier et d'attractions Le Pal dans l'Allier
Avis sur le parc animalier et d'attractions Le Pal dans l'Allier

Quand j'étais gamine, je faisais partie de ces enfants qui jouaient avec le port de la ceinture, je voulais être une grande et m'asseoir sur le siège arrière sans rehausseur. Devenu adolescente, j'attachais peu ma ceinture à l'arrière, uniquement quand j'étais à l'avant.

Mes parents étaient très à cheval sur le port de la ceinture, et ils se sont arraché les cheveux avec moi, mais ils ne pouvaient pas avoir les yeux derrière la tête lorsque je la passais sous mon bras en douce.

J'ai de la chance, de n'avoir jamais été victime d'accident, mais ça aurait pu être le cas. Évidemment, en grandissant et en voyant les ravages de la route, la sécurité routière est devenue une préoccupation, et d’autant plus depuis que je suis mère.

Pas de départ si tout n'est pas sécurisé

Peu importe la distance que vous avez à parcourir, le port de la ceinture de sécurité et l'utilisation d'un siège auto  adapté sont obligatoires et non négociables.

Depuis la naissance d'Ava, nous avons la chance d'être équipé, accompagné et conseillé par Bébé Confort, une marque qui n'a plus rien à prouver sur la question de la sécurité routière et qui en a d'ailleurs fait, son fer de lance.

Nous avons donc pu en tout état de cause, faire le meilleur choix possible en matière de siège-auto et en s'appuyant sur les conseils de Bébé Confort, ainsi que du blog Securange, expert en la matière, voici ce que nous avons appris.

Quelques conseils essentiels

On serre le harnais ! Le bon serrage, c'est lorsque vous pouvez passer un doigt maximum entre l'épaule et le harnais. Si vous pouvez en passer plus, ou si elle est lâche, il y a risque d’éjection. Attention également à la hauteur des harnais : si vous les avez déjà réglé au plus haut et que ça ne convient plus, alors il est temps de changer votre siège auto.

Pas de manteau ! Alors oui, ce n'est pas pratique, mais franchement, si ça peut assurer la sécurité de votre enfant, je crois que vous pouvez perdre quelques minutes pour le retirer avant d'installer votre loulou.

Retirez aussi tout autres couches qui peuvent altérer le serrage correct du harnais, car cela gêne le bon placement de la ceinture qui peut glisser sur l'abdomen et causer de graves lésions internes. D'ailleurs, c'est valable aussi pour les adultes au cas où vous ne le saviez pas.

S'il fait froid, optez pour une chancelière ou encore un nid d'ange qui sont équipés de passages pour les sangles du siège ou tout simplement d'une couverture.

On n'oublie pas la têtière ! Celle-ci va garantir une bonne protection de la tête de votre enfant, il est donc fondamental qu'elle soit bien réglée pour assurer son rôle protecteur en cas de choc. C'est-à-dire assez proche pour bien envelopper le crâne, mais sans bloquer les épaules.

Le système de fixation et de sécurité isofix

Le système de fixation Isofix est le plus sécurisé à ce jour. L'installation est simple, rapide et ce système offre plus de sécurité en cas de choc et diminue les risques d'erreur d'installation du siège auto. Les sièges auto Isofix se fixent directement sur le châssis de la voiture grâce aux attaches dans les véhicules équipés de ce système.

Le système isofix est courant depuis 2005 sur certains modèles de voitures et obligatoire sur tous les véhicules qui sortent d’usine depuis ­février 2011.

Conseils pour bien installer son enfant en voiture
Conseils pour bien installer son enfant en voiture
Conseils pour bien installer son enfant en voiture

A quoi ça ressemble ?

Les bases Isofix sont composées de 2 bras munis de pinces métalliques. Ces pinces vont venir se fixer sur les 2 anneaux Isofix de votre voiture. Ces 2 anneaux se situent entre l'assise et le dossier. Quelquefois, on les voit de manière évidente, d'autres fois, ils sont indiqués par un dessin, mais souvent, il faut les chercher surtout sur les voitures des années 2005 (expérience vécue).

Les nouveaux systèmes Isofix ne se contentent plus de ces 2 points d'ancrage et comptent maintenant un troisième point de stabilité qui est la jambe de force. Cette jambe permet d'empêcher le siège auto de basculer vers l'avant en cas de collision. La jambe de force est un pied, réglable en hauteur, qui s'appuie sur le plancher de la voiture et stabilise le siège.

Pearl Pro i-Size de Bébé Confort

Personnellement, nous sommes équipé du siège-auto Pearl Pro i-Size de Bébé Confort et nous en sommes entièrement satisfaits. Il est utilisable dos ou face à la route, de 6 mois à 4 ans environ (de 67 à 105 cm - maximum 18,5 kg).

Le Pearl Pro i-Size offre des performances de sécurité de pointe en se conformant à la dernière norme i-Size (R129). Ce siège offre une facilité d'utilisation avec un harnais innovant qui reste en place, un passage très facile du dos à la route au face à la route, et une inclinaison complète possible dans les deux positions.

La base Isofix 3wayFix qui va avec, possède un témoin lumineux et sonore confirmant la bonne installation ! Impossible de se louper et c'est rassurant de savoir qu'on a installé les choses correctement. Vous trouverez ci-dessous l'ensemble des équipements de sécurité que nous avons et que je vous conseille.

Base FamilyFix One i-Size

Siège auto Cosi Pebble Plus (primé au crash test)

Siège auto Pearl Pro i-Size

Réhausseur Kore Pro i-Size

IMPORTANT

Il y a quelques semaines, j'ai eu la chance de découvrir en avant-première la dernière innovation de Bébé Confort: le réhausseur Kore Pro i-Size qui permet aux plus grands, de s'attacher tout seul si ils le souhaitent grâce au système ClickAssistLight.

Qu'est-ce que c'est ? Une aide lumineuse qui permet à l'enfant de repérer la boucle de ceinture d'un seul coup d'œil, dans toutes circonstances. Il bénéficie également d'un ajustement simultané en hauteur et en largeur, pour optimiser le confort. Il est bien sûr conforme à la réglementation R129 et est doté du Side Protection System Plus (SPS Plus) pour encore plus de sécurité en cas de choc latéral.

Depuis 2005, le conducteur est responsable du port de la ceinture ou d’un moyen de retenue adapté pour tous ses passagers âgés de moins de 18 ans. Le fait de transporter un mineur non retenu dans un dispositif adapté à sa morphologie, pour les plus petits, ou non ceinturé, pour les plus grands, est sanctionné d’une amende forfaitaire de 135 € pour le conducteur.

Ce n'est pas la première fois que je vous parle de couches par ici ! On a eu la chance d'en recevoir beaucoup en test pour la crapule depuis sa naissance et aujourd'hui, on a un peu de recul sur l'utilisation.

On a commencé par Lillydoo, puis on a tenté Love & Green. Ensuite on est passé à Joone et occasionnellement, on utilise Lotus Baby, mais depuis 5 mois maintenant, nous avons arrêté notre choix définitif sur la marque Les Petits Culottés. On en est plus que satisfaits et vous savez que je ne lésine jamais sur un bon plan green et économique à vous partager.

Les fabricants de couches doivent être en capacité de proposer des solutions et alternatives contre les produits nocifs. Alors quand en plus cette marque est française... Que demander de plus !

Les Petits Culottés ont lancé au début de l'année la première couche écologique en circuit court et je suis ravie de partager notre avis avec vous.

L'histoire d'une couche frenchy & green

Cette marque, c’est l’histoire de deux passionnés : Matthieu et Johan, qui décidèrent un jour de partir à la découverte d’un nouveau monde éco-responsable. Aujourd'hui, la marque vous propose une distribution directe, oui, oui ! Vous avez bien lu : sans intermédiaires entre le fabricant et nous, sous forme d'abonnement.

Cette petite team avait 2 objectifs essentiels : protéger la santé de nos loulous, tout en préservant l’environnement, mais aussi profiter du savoir-faire français pour développer une couche naturelle, absorbante et accessible à tous.

Pourquoi on a arrêté les couches Lillydoo ? Car elles ne sont pas fabriqués en France.
Pourquoi on a arrêté les couches Joone ? Pour une question de prix, mais aussi car elles ne sont pas écologiques.

Composition des couches Les Petits Culottés

Avis sur les couches écologiques Les Petits Culottés

Hé bien, je peux vous dire que le défi a été relevé et avec succès. On est tellement fier de pouvoir offrir à notre fille des couches saines, écologiques, françaises et le tout à un prix raisonnable. En ce qui concerne l'efficacité et les fuites, rien à dire !

Ava a parfois des selles débordantes et il n'y a pas de problème et la promesse d'une absorption de 12 h est bien tenue. On est aussi très fan des entrepreneurs et des entreprises à taille humaine, quelque part, on s'y reconnaît un peu dans les valeurs et l'esprit. Pour ne rien gâcher, le suivi est parfait et le service client, très réactif.

BON PLAN

Avec le code CRAZY vous allez pouvoir bénéficier de deux types de réduction :

  • 10 % sur votre abonnement (si livraison en Point Relais)
  • 5 % sur votre abonnement (si livraison à domicile)

BONUS : cette réduction est valable sur toute la durée de votre abonnement (pas juste pour une fois), donc clairement,  ça vaut le coup. Rendez-vous sur le site !

Avis couches saines et écologiques Les Petits Culottés
Avis couches saines et écologiques Les Petits Culottés
Avis couches saines et écologiques Les Petits Culottés

Le mode de garde ou comment stresser avant même d'être enceinte ! Sans exagérer, je crois que c'est l'angoisse de beaucoup de parents. Qu'on soit salarié ou indépendant, c'est quand même un sacré casse-tête chinois et une attente qui est clairement interminable.

Faut le dire, la crèche, c'est pratique, car ça couvre des plages horaires, assez larges, mais c'est un mode de garde qui fait défaut et le parcours pour tenter d'y faire entrer sa progéniture, relève des Hunger Games. De plus, sachez qu'il n'y a aucune transparence sur les critères d'attribution (malgré ce qu'on veut nous faire croire), c'est très floue, il faut être réaliste.

Crédits Photos © MARIPOSA-PHOTOGRAPHE

Pourquoi la crèche collective ?

Pour nous, la crèche collective était le mode de garde le plus rassurant, car les équipes sont composées de professionnels de la petite enfance (personnes diplômées et qui on fait des études pour cela). On a même pas pensé une seconde à l'assistante maternelle, car cela nous faisait peur pour être honnête. Notamment, à cause de toutes les histoires dramatiques qui ont été médiatisées, mais aussi le fait, qu'on ne voulait pas qu'elle soit seule ou à 2, on voulait vraiment qu'elle se sociabilise.

Conseils pour obtenir une place en crèche

Alors, comment on a obtenu une place en crèche ?

Les cibles ? Les directeurs d'établissements et les élus responsables de la petite enfance. Les armes ? Je vous livre ce qui a fonctionné pour nous et nous a permis d'avoir le choix, puisque nous avons obtenu 3 places dans 2 types de crèches, en l'espace d'un an. La première chose à faire, étant de recenser toutes les crèches de votre secteur.

Le coup de poker

Le porte-à-porte auprès des crèches d'entreprise : voilà une petite astuce ! Il faut vraiment tenter votre chance partout. Mon travail ne cotisait pour aucune crèche, mais j'ai quand même décidé d'aller frapper à la porte de toutes les crèches d'entreprise du quartier (Exemple : Babilou), avec le dossier de ma fille.

Il se trouve que l'une d'entre elles, dans notre quartier avait une place, une place qui ne nous était donc pas destiné. Néanmoins, la directrice a eu un coup de cœur pour Ava et a décidé de nous accorder la place temporairement (sous couvert que si une famille qui elle, y a accès de plein droit, en avait besoin, on devrait lui rendre sa place).

Finalement, après plusieurs renouvellements, nous avons eu de la chance, la place est restée vacante et on nous l'a attribuée pour un an. Ava devait donc y être jusqu'à ses deux ans, mais finalement, à contre-cœur, on a quitté cette crèche, car on a obtenu une nouvelle place qui elle, allait jusqu'à la maternelle, on a donc choisit la sécurité.

Elle y est donc resté de 7 à 15 mois et ça été super, on était vraiment très contents de l’accueil et du suivi. L'équipe était vraiment aux petits soins et à l'écoute des besoins d'Ava, sur tous les plans. Voilà comment on a obtenu notre première place en crèche !

Faire pleurer dans les chaumières

Hé bien, oui, il faut montrer que vous avez besoin de cette place, plus qu'une autre famille. Alors je ne vous dis pas de mentir, mais clairement, il faut un peu surjouer. Les critères sont nébuleux et les places rares, donc il faut se faire remarquer.

Pour ma part, j'ai appelé toutes les crèches de ma liste (une vingtaine environ), en leur racontant notre histoire et l'urgence de notre besoin, je mettais ma fille sur la liste d'attente et je rappelais toutes les deux semaines.

C'est comme cela qu'on a obtenu une des trois places, la directrice s'est rappelé de nous et nous a contactés dès qu'une place s'est libérée. On a décliné, car nous en avions eu une entre-temps.

L'acharnement auprès des élus

Alors là, il faut avoir du courage, car c'est chronophage, décourageant, épuisant, mais ça peut payer. À Paris, on ne peut faire sa demande de place en crèche qu'à 6 mois de grossesse, chose que j'ai faite. Quand Ava a eu 4 mois, j'ai commencé à paniquer, car même s'il me restait encore quelques mois avec elle, nous n'avions toujours pas de solution pour la suite.

En août dernier, elle avait 9 mois et nous avons reçu un refus de la mairie. Heureusement, nous avions obtenu cette place en crèche d'entreprise, mais qui n'était pas pérenne, j'ai donc décidé de mettre le turbo.

J'ai envoyé un courrier recommandé à l'élu en charge de la petite enfance, à peu près chaque mois. Je me suis également rendu à une permanence à la mairie et lorsque j'allais frapper à la porte de crèche municipale, je venais toujours avec une copie du courrier que j'avais envoyé au préalable.

Cela a fini par payer, lorsque Ava a eu un an, nous avons reçu un courrier de l'élu disant qu'il avait entendu notre demande et qu'une place en crèche familiale nous été attribuée. On a hésité, car la crèche familiale, ce n'était pas notre volonté première (en gros votre enfant est chez une assistante maternelle et va en crèche collective pour des ateliers, quelques fois dans la semaine).

Après la déception, on s'est dit qu'il valait mieux une place garantie jusqu'à 3 ans même si on n'est pas convaincu, plutôt que de prendre le risque de la laisser dans cette crèche qu'on adorait, mais qui se terminait à ses 2 ans.

Conseils pour obtenir une place en crèche

Alors aujourd'hui ?

Depuis février, Ava est donc en crèche familiale et malgré les débuts chaotiques pour elle, ça se passe bien désormais. Le changement de mode de garde, n'a pas été simple pour elle, mais elle, comme nous, on s'est fait à l'assistante maternelle !

Nous ne sommes toujours pas convaincus à 100%, même presque 2 mois après pour plusieurs raisons, mais on est n'est pas extrêmement déçu non plus. Il y a des points positifs comme négatifs à ce mode de garde (d'ailleurs, si vous souhaitez mon avis en détail sur ce point précis, n'hésitez pas à me le dire en commentaire) mais c'est une solution alternative à laquelle les parents ne pensent pas forcément, car méconnu. En tout cas, personnellement, on en avait jamais entendu parler avant !

Conclusion ? Il ne faut rien lâcher et il ne faut pas avoir peur d'oser, démarcher, harceler, car malheureusement, il n'y a que ça qui fonctionne (sauf si vous êtes un petit chanceux). Pour ses 3 ans, on imagine une école maternelle Montessori ou classique, mais privé, je vous dirais ce qu'il en est, car je sens que ça va être un nouveau combat 🙂

Conseils pour obtenir une place en crèche

Je vous ai déjà fait un topo sûr comment démarrer la diversification alimentaire de bébé, maintenant, je m'attaque au matériel ! Car oui, il y a plein de petits outils indispensables ou simplement pratique pour que cette étape de l'alimentation se passe bien et avec sérénité, pour bébé, mais aussi pour les parents.

Les repas : préparation et cuisson

Alors vous pouvez dépenser beaucoup d'argent dans un Babycook, mais honnêtement, ce n'est pas nécessaire. Il vous suffira d'avoir un bon économe, un cuiseur vapeur et un blender. Pourquoi la cuisson vapeur ? Parce que c'est celle qui préserve le mieux les nutriments des aliments, aussi bien des fruits que des légumes.

Ensuite, si vous avez un blender, un mixeur plongeant ou même un blender à smoothie, c'est parfait. L'important, c'est de pouvoir faire des purées lisses (au début de la diversification surtout).

Concernant la provenance des aliments, on se fournit chez Bio C Bon, avec leur panier bébé, c'est ultra-pratique. Et quand j'avais la flemme de préparer, on achetait des petits pots (maintenant, on prend des plats, car elle a 14 mois) et voici mes marques coups de cœur (que du bio) :

  • Little Gustave
  • Good Gout
  • Bledina bio
  • Hipp (pour tout ce qui est goûter)

La conservation

Quand, vous allez commencer, on ne sait pas vraiment ce que bébé va manger au niveau des quantités alors c'est bien de pouvoir conserver les purées et les compotes préparées avec amour. Il va donc vous falloir des contenants adaptés aussi bien pour la réfrigération que pour la congélation, qui vont au congélateur, au micro-ondes et aussi au lave-vaisselle (si vous en avez un).

6€99

15 €

16 €

A table !

Il y a plusieurs points à penser lors du repas, surtout lorsque bébé commence à être autonome : le confort et la protection. Pour protéger bébé (enfin surtout ses vêtements) durant le repas, le bavoir avec une poche de récupération est de rigueur !

Concernant les couverts, on a fait le choix de produits en silicone qui respecte les normes (sans BPA) et en bambou , pour l'aspect écologique, mais aussi pour s'assurer qu'on propose à bébé un matériel green, clean et secure.

Ava n'utilise pas de fourchette et couteau pour l'instant, uniquement ses petites mains et une cuillère. On a trouvé notre bonheur chez Bébé Confort et Lassig avec des cuillères en bambou ou thermosensibles et à manches courts, ce qui lui permet d'appréhender l'outil sans difficulté. Mais notre révolution, c'est la cuillère ergonomique, Ava l'adore et est hyper à l'aise avec, notamment pour saisir les aliments avec, c'est assez impressionnant.

7€95

7 €

6€95

13€95

16€90

10 €

19€95

La chaise haute

La pièce incontournable pour faire manger bébé, dès qu'il se tient assis seul (pas avant, c'est très important) ! Nous avons tout de suite voulu une chaise haute évolutive, dans un souci de rendement ! On est entièrement satisfait de notre modèle Timba de chez Safety 1st.

C'est une chaise  haute en bois (donc très solide), équipé de coussins au niveau de l'assise et du dos, parfait pour le confort de bébé. Elle est dotée  d'un harnais 3 points ajustable (retirable facilement pour les enfants plus grands), d'une grande tablette amovible, elle est réglable et comme je vous le disais plus haut, évolutive (de 6 mois à 10 ans).

Elle n'est pas pliable, mais ça ne nous dérange pas étant donné qu'on a la place et puis surtout, on l'a installé en bout de table pour pouvoir manger avec notre fille. Ce sont des moments en famille très agréable et souvent assez drôle !

Je vous conseille vraiment cette chaise haute, il y a un choix de coloris sympa, c'est très simple à monter, mais aussi facile à nettoyer. La hauteur est parfaite pour une table classique, vraiment, on n'a rien à dire. Pour les voyages, on a opté pour un rehausseur de chaise, pas du tout encombrant, on le fixe directement à une chaise et le tour est joué.

Chaise haute Timba SAFETY FIRST * (entre 60 € et 150 €en fonction du coloris) - Rehausseur de chaise CHICCO 35 €

Tasses et verres d'apprentissage

Les verres ce n'est pas tout de suite mais par contre une jolie tasse d'apprentissage, OUI ! L'idéal ? Une tasse à bec, évolutive et qui ne se renverse pas quand bébé la fait tomber par terre (la grande passion d'Ava). Il faut également qu'il y ait une bonne prise en main pour que bébé puisse s’hydrater confortablement et de façon autonome, comme un grand.  On a 2 tasses absolument parfaites de chez Mam et Bébé Confort.

On a commencé avec la tasse Mam,  car elle convient à tout type de liquides (lait, eau, jus de fruits ou de légumes), son bec est en silicone tout doux et ultra souple, ce qui est niquel pour la transition depuis le sein ou le biberon. De plus, la spécificité du bec permet à Ava de contrôler elle-même le débit. Bien sûr, elle est anti-fuite même positionnée à l’envers (Dieu merci).

Depuis, environ 1 mois, on a introduit la tasse évolutive 3 en 1 de Bébé Confort. L'idée ? Une tasse qui se transforme en verre, avec un bec rigide et un contrôle de débit. La première fois qu'on a retiré le bouchon de contrôle de débit, la pauvre a été surprise par l'eau dans sa bouche, mais depuis, elle a appris a incliné un peu moins sa tasse, pour s'hydrater correctement et pas trop rapidement. Vraiment top !

Tasse évolutive 3 en 1 BÉBÉ CONFORT * 5€50 - Tasse Starter Cup MAM * 10 €

Si comme moi, vous êtes Parisiens, je vous invite à aller découvrir la boutique Petit Bailly à Saint-Lazare. C'est une boutique dédiée aux tout-petits et vous y trouverez tout le nécessaire : du soin, à l'alimentation en passant par les jouets et les poussettes. Petit plus : vous pouvez vous faire livrer directement chez vous dans la journée !

PETIT BAILLY
41 rue Pasquier - Paris 8
Boutique en ligne

Découvrir Little Gustave, ça nous a changé la vie ! J’aime cuisiner pour ma fille et je le fais le plus possible, mais on va être honnête et jouer carte sur table : parfois, c’est chiant. Il y a aussi des moments où je suis épuisée, où je manque d’inspiration, où j’ai la flemme tout simplement et dans ces cas-là, hé bien bébé doit manger quand même !

Tout ce que je cuisine pour Ava est bio, j’achète le panier pour bébé de Bio C Bon, et je concocte des petits plats avec, rien que pour la crapule. Mais pour certaines occasions, on doit lui acheter des petits pots et des compotes, mais on n’avait pas envie de baisser nos exigences et Little Gustave a réussi le test avec succès.

Little Gustave : un service d’abonnement et de livraison de petits pots bio et faits-maison

Si comme nous, vous êtes des parents urbains, actifs et qui n’ont pas la possibilité (ou l’envie) de cuisiner pour leur enfant H24, le concept devrait vous plaire. L’idée ? Proposer à nos bébés, une alimentation saine, variée, bio et artisanale, comme si c’est maman qui lui avait fait quoi !

Les textures des petits pots sont bien sûr adaptées à l’âge de bébé et les produits sont testés et validés en laboratoire agréé. Little Gustave propose des petits pots, pour les enfants de 6 mois à 3 ans.

Ceux-ci sont cuits à la vapeur, sans additif et réalisés à partir de produits issus de l’agriculture biologique, de saison et locale. Le petit plus eco-friendly c’est la livraison à vélo ! Hé oui, vous faites un geste pour l’alimentation de votre bébé mais aussi pour la planète.

Comment ça fonctionne ?

C’est très simple, l’abonnement se fait en ligne. Il vous suffit de choisir entre deux formules disponibles et le tarif varie en fonction de l’âge de votre enfant (plus on avance dans l’âge, plus c’est élevé). Je vais prendre ici comme exemple, le tarif dans le cas d’Ava qui a actuellement un an :

  • Abonnement hebdomadaire [ 20€30/mois ] : 1 pack de 9 pots livrés chaque semaine, avec un paiement qui se fait chaque semaine.
  • Abonnement mensuel [ 72€/mois ] : 1 pack de 9 pots livrés chaque semaine pendant 1 mois (soit 4 livraisons de 9 pots), avec un paiement mensuel.

Mais vous avez également, une formule découverte qui va vous permettre de tester les produits avec votre enfant, avant de vous lancer dans un abonnement. Vous allez recevoir un assortiment de petits pots (mélange sucré et salé) mais vous n’aurez pas le choix des saveurs !

  • Découverte 6 pots (entre 12€ à 15€ en fonction de l’âge)
  • Découverte 9 pots (entre 18€ à 22€50 en fonction de l’âge)

Toutes les formules sont sans engagement et résiliables en 1 clic. Le paiement est 100 % sécurisé, mais surtout la bonne nouvelle, c’est que désormais la livraison se fait partout en France ! Car lorsque je vous en avais parlé cet été, la livraison était limitée à Paris, mais comble du bonheur, Little Gustave s’est étendue pour notre plus grand plaisir.

Alors, notre avis à la maison?

On est totalement fan du concept, mais surtout des associations de saveurs proposés par Little Gustave. Côté livraison, c’est flexible et les petits pots sont en verre ! On peut les garder ou les rendre à Little Gustave lors de la livraison suivante. On reçoit le tout dans un paquet personnalisé avec le prénom de notre enfant (on kiffe totalement ici).

La texture des purées et petits plats est parfaite, en revanche, on a trouvé les compotes un peu trop liquide, ça n’enlève rien au goût, mais parfois, ce n’est pas très pratique. On a tous les deux goûté les pots (on goûte tout ce qu’on donne à notre fille) et franchement, c’est très bon, on a mieux compris pourquoi elle dévorait littéralement ces petits pots.

Mention spéciale pour le petit pot potimarron-châtaine et la compote de potiron-pomme Golden à la cannelle : TUERIE ! Le seul petit bémol, il n’y a que 3 choix pour les petits plats de grands, 5 ça aurait été bien pour varier.

CONCOURS TERMINE

La gagnante a été contacté par mail.

Merci à Little Gustave de me permettre, de vous offrir ce cadeau.

Comment commencer la diversification alimentaire ? Ça été la grande question pour nous, on était franchement perdus et on ne savait pas par où commencer, ni comment. Ça m’a un peu stressée, je dois bien l’admettre, car j’avais peur de ne pas m’y prendre comme il faut.

Vous le savez certainement, mais à la naissance, les bébés ne se nourrissent que de lait, puis vers 4 mois, l’alimentation diversifiée est recommandée par les médecins. D’ailleurs, parlons-en de nos chers docteurs, hé bien, ils n’ont pas été d’une grande utilité.

Notre pédiatre de ville nous a donné des renseignements très succincts, et nous a dit : « Elle a 4 mois, vous pouvez commencer », heu oui d’accord, mais comment ? On savait qu’il y avait la méthode classique, mais aussi la DME (diversification menée par l’enfant) et nous n’avons été soutenu dans aucune des deux.

On a juste eu une petite liste d’aliments par lesquels commencer, de ceux à éviter au début, mais nous n’avions aucune notion de quantité par exemple. À un moment donné, j’en ai eu ras-le-bol et j’ai commencé à fouiller un peu partout, jusqu’à ce que je tombe sur Cooking for my baby et là MIRACLE !

Alors comment ça fonctionne la diversification alimentaire de bébé ?

La diversification est une étape fondatrice du développement de bébé et il ne faut pas négliger ce moment. J’avais à cœur de comprendre comment cela fonctionne, je ne voulais pas me contenter de lui acheter des petits pots.

On a vraiment voulu s’investir dans son alimentation et aujourd’hui encore, je fais ses plats et desserts de manière générale (même si les petits pots et les compotes, c’est pratique en extérieur, on ne va pas se mentir) et c’est un réel plaisir.

Il est essentiel de donner à nos enfants de bonnes bases alimentaires et nutritives pour les éveiller au goût, aux différentes textures, aux odeurs, mais aussi aux couleurs. L’idée ? Lui donner envie de manger et lui inculquer le plaisir pour qu’elle ne soit pas difficile, mais plutôt curieuse de ce qui l’entoure au niveau alimentaire.

conseils pour la diversification alimentaire de bébé

Quelques conseils

On a trouvé de l’aide sur le blog Cooking for my baby. Ça a été notre base pour se lancer et en parallèle, on s’est beaucoup appuyé également sur les puéricultrices et éducatrices de jeunes enfants de la crèche où va notre fille (elles ont été supers).

Ce qu’on a adoré ? Le schéma que Céline la fondatrice du blog, a réalisé. Il est très clair et nous guide pas à pas, à la cuillère prêt (bien sûr si vous avez un pédiatre compétent, n’hésitez pas à vous référer à lui, ça reste encore la meilleure option).

Elle a donc réalisé un tableau schématique sur 30 jours pour bien commencer la diversification alimentaire. Évidemment, tout cela est indicatif et il faut respecter le rythme de votre enfant, par conséquent si bébé ne veut plus manger, on n’insiste pas et à contrario, si vous sentez qu’il en veut encore, on n’hésite pas. Et surtout, on ne supprime pas le lait !

On se lance !

Alors cet extrait est tiré de l’article que Céline a rédigé juste ici.

  1. On commence par les légumes pour éviter que bébé ne préfère les fruits après, et un seul légume à la fois pour pouvoir déceler les éventuelles allergies alimentaires.
  2. Le légume doit être cuit et mixé en purée lisse et on continue avec ce même légume durant 3 jours, tout en augmentant le nombre de cuillères petit à petit (en fonction de la réaction de bébé).
  3. Après 3 jours, on continue la diversification alimentaire mais avec un autre légume, seul également (cuit et mixé en purée lisse).

On continue sur cette même fréquence pendant 15 jours en changeant de légume tous les 3 jours.

  • Au bout de 15 jours, on peut commencer à mélanger les légumes déjà préparés les 15 jours précédents, puis en introduisant un nouveau légume à ces mélanges si on le souhaite au fur et à mesure des jours (de nouveau, une seule introduction à la fois pour bien déceler les éventuelles allergies liées à cette nouvelle introduction).
  • C’est également le moment où l’on commence à diversifier en introduisant les fruits dans l’alimentation de bébé (au goûter, c’est un bon moment pour bien différencier le salé du midi, du sucré l’après-midi). On commence avec un fruit, cuit mixé en compote lisse.
  • On termine toujours le repas avec le lait habituel (qui reste l’alimentation principale de bébé) et vous verrez un peu plus tard, pour l’introduction de laitage adapté.

À titre personnel, on a commencé par des légumes classiques : haricots verts, petits pois, carotte, pomme de terre, le brocoli, les épinards, puis on a enchaîné sur des légumes un peu différents : le panais, la blette, la betterave, le céleri, la patate douce, le potimarron, le poireau, et elle a tout aimé sauf le céleri.

Même rengaine pour les fruits, on a commencé par la banane, la pomme, la poire, la pêche et l’abricot puis on a enchaîné avec le coing, les myrtilles, le kiwi, la fraise.

Que ce soit pour les fruits ou les légumes, Ava a eu bien sûr des préférences, mais lorsqu’on faisait des mélanges, ça passait tout seul et elle ne se rendait même pas compte. Ça lui a permis de débuter la crèche en mangeant tout, elle n’a jamais rechigné à rien.

D’un point de vue technique, on achète que des produits bio (que ce soit du frais ou des petits pots). On lave bien les légumes et les fruits, on les fait cuire à la vapeur (pour garder un maximum de vitamines et nutriments) puis on mixe le tout avec une cuillère à café de mélange d’huiles bio spécial bébé (pour couvrir les besoins spécifiques de bébé).

On rajoute un peu d’eau si c’est trop épais, mais rien de plus et c’est une réussite à chaque fois ! Quel plaisir de voir sa petite bouille réagir aux différentes saveurs. Vous pouvez télécharger le tableau de la diversification alimentaire de Céline juste en dessous.

Cuisiner pour bébé

Céline crée également des recettes pour bébé, on en a testé beaucoup, on utilise encore ses recettes et à chaque fois, c’est un franc succès auprès d’Ava et un petit kiff personnel pour moi ! Je vous invite vraiment à aller explorer son blog et son site, c’est une véritable source d’information et d’inspiration.

Il y a un autre point important lorsque l’on commence, c’est le matériel et les ustensiles. Il est important de bien s’équiper pour une bonne diversification alimentaire et je vous en dirais plus dans un autre article sur le matériel prochainement. J’espère avoir pu vous aider avec ces indications et notre expérience sur la question.

Il y a une chose, hormis ma petite merveille, que la grossesse m'a apporté : une passion pour les jeunes créateurs. Que ce soit dans la mode infantile, la puériculture, l'éveil, j'ai fait de très belles découvertes dont Le Papa de Jojo !

Le Papa de Jojo, une salopette pratique pour les bébés

La salopette de l'amour

Le produit phare de la marque, c'est une salopette revisitée, pour les bébés ! L'idée ? Praticité, praticité ! Ces salopettes sont en tissu Oeko Tex , avec un design simple mais précis et qui s'attachent avec des pressions.

Elles sont faciles à enfiler donc en deux temps, trois mouvements, on a habillé le bébé, sans jouer les contorsionnistes. Petit bonus, on a le droit à des noms de produits beaucoup trop mignons, à savoir : Superlipopette et Superjupopette !

Dans la collection, vous trouverez :

  • Superlipopettes (salopette) : 59€
  • Superjupopettes (combi-jupe) : de 45€ à 55€, en fonction du modèle
  • Superlipops (salopette courte) : 45€
  • Robinettes (robe) : 45€
  • Vestes : 49€
  • Sweats : 29€
Le Papa de Jojo, une salopette pratique pour les bébés

Informations complémentaires

Matière 100% coton / Lavable en machine / Taille : de 6 mois à 4 ans / mixte / Différents modèles

Le Papa de Jojo, une salopette pratique pour les bébés
Le Papa de Jojo, une salopette pratique pour les bébés

Un papa blogueur et créateur

En plus de proposer de très jolies créations, Le Papa de Jojo a une jolie histoire. La marque a été créée par Julien Campan, un jeune papa passionné de couture, qui a laissé tomber son job de cameraman à la télévision, pour se consacrer à sa passion pour la création.

Julien est également l'auteur du blog Couture Enfant, où il propose des tutoriels à destination des débutants, dans plusieurs domaines (tricot, couture, modèles de gigoteuses, bavoirs, etc.). Allez faire un tour sur son site pour découvrir ses créations, ça vaut le détour !

Ava's Style

Superjupopette LE PAPA DE JOJO* - Body VERTBAUDET - Chaussons et bandeau H&M

Le Papa de Jojo, une salopette pratique pour les bébés