Tag

reconversion professionnelle

Browsing

Depuis septembre 2015, j’ai décidé de prendre des risques. J’ai arrêté ma formation de styliste et me suis lancé en freelance. Pourquoi j’ai arrêté ? Car je me suis rendu compte qu’apprendre ce beau métier à distance était tout simplement irréaliste. On n’apprend pas un métier d’artiste à distance, j’avais besoin de concret et je ne m’y retrouvais pas.

Aujourd’hui, je jongle entre mes activités de freelance (blogueuse, rédactrice mode, personal shopper et community manager) et d’assistante sociale (à mi-temps).

F.A.Q : être blogueuse

Tenir un blog prend du temps et demande beaucoup de travail. Croyez-moi que parfois les journées ne sont pas assez longues, mais j’adore ça, je me sens moi, je me sens libre. J’ai reçu quelques questions sur mes différents réseaux sociaux sur la vie de blogueuse, il est donc temps d’y répondre.

Y’a t-il de la concurrence dans la blogosphére ?

Elle existe, elle est réelle et très présente. À titre personnel, je ne me sens pas concernée, je ne suis jalouse de personne et je ne me compare pas aux autres blogueuses. Il faut arrêter de planer, les enjeux sont minimes et notre avenir se construit sur la durée et toutes les choses que l’on arrivera à construire en dehors du blog, mais grâce à lui.

Aucune blogueuse en France, hormis celles que nous connaissons tous, ne peuvent prétendre vivre uniquement de leur blog donc pour moi la concurrence n’a pas lieu d’être. Les marques recherchent des choses différentes chez les blogueuses et chacune a quelque chose à apporter.

Pourquoi blogue-tu ?

Par passion, mais surtout pour le plaisir. Je n’avais pas d’idées particulières en le créant, je n’ imaginais pas forcément d’avenir et je continue à être surprise de ce que je fais grâce à lui. J’en tire un véritable bien-être et c’est pour ça que je continue.

As-tu des amies dans le blogging?

On va être clair, l’amitié dans le blogging est un concept surfait auquel il ne faut pas trop s’attacher. J’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup de blogueuses et il y en a vraiment de tous les types :

  • les arrogantes (vous les croisez souvent mais elles font toujours comme si vous étiez une inconnue),
  • les mythomanes (leurs passe-temps favoris ? Le plagiat, le mensonge, l’usurpation d’identité, l’achat de followers juste pour faire évoluer leurs blogs, clairement, on est dans quelque chose de pathologique),
  • les « one-shots » (elles vous adorent lorsque vous pouvez leur apporter quelque chose, mais bizarrement lorsque ce n’est plus le cas, elles vous ignorent tout simplement)

Il y a bien d’autres profils encore mais heureusement, pour la plupart, elles sont tout simplement passionnées, dans le partage et la bienveillance. Je les respecte pour leur courage et leur détermination à réussir sans écraser les autres, elles font leur chemin, ont vraiment un univers, une identité marquée, des principes et c’est non seulement un plaisir de les côtoyer, mais surtout une fierté de les voir réussir.

Peu de blogueuses ont réussi à percer ma carapace et sont devenues des amies très proches. Beaucoup d’autres sont des copines, que j’apprécie énormément, qui sont vraies et pour qui j’ai une grande affection, elles se reconnaîtront. Malheureusement, il faut toujours être vigilante, car la confiance est un luxe qu’on ne peut pas se permettre dans ce milieu.

Investis-tu de l’argent dans ton blog?

Alors oui, j’investis. Je ne dis pas que toutes les blogueuses doivent le faire, mais si on veut avoir un résultat de qualité et cohérent, on ne peut pas passer à travers. Pour ma part, voilà où j’ai investi de l’argent :

  • Un reflex (appareil photo),
  • Référencement et design : je me suis adressée à l’agence BAAP, l’équipe est formidable, je conseille,
  • Nom de domaine et hébergement,
  • La gestion des réseaux sociaux (via Hootuite et Agorapulse), ça me facilite vraiment la vie, je peux gérer, analyser et améliorer tous mes réseaux sociaux en une seule fois, un gain de temps incomparable.

Tout ceci représente environ 2 000 € sur cette année et 60 €/mois, mais ce n’est pas qu’une question d’argent. D’une part, on n’est pas obligé d’engager des sommes énormes, j’ai appris la base du référencement en discutant avec l’agence qui a refait le blog, en discutant avec des amis qui font leurs études dans ce domaine.

J’ai aussi demandé conseil à des blogueuses qui ont très gentiment répondu. Mais au-delà de ça, il faut surtout un contenu de qualité et le temps pour le produire et ça, ça ne dépend que de moi et l’investissement que je souhaite mettre dans mon média.

À quoi servent les statistiques ? 

Google Analytics est clairement mon meilleur ami, même si ça ne fait pas tout, c’est quand même la traduction d’une partie de mon travail. Les marques les demandent parfois et de toute façon ont les moyens de les avoir par eux-même donc je suis toujours transparente. Analyser régulièrement permet de voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, l’idée, c’est de chercher à s’améliorer, pour moi mais surtout pour vous.

Le blog te rapporte-il de l’argent?

C’est variable mais ça représente entre 200€ et 700€ par mois.

Quels sont tes projets ?

Mes objectifs à long terme sont de créer un concept store, ma ligne de vêtements mais surtout de faire de la rédaction mode à plein temps. Ça me passionne réellement et qui sait, vous me retrouverez peut-être un jour rédacteur en chef d’un magazine !

C’est un rêve de petite fille. Autrement à plus court terme, j’ai juste envie de continuer à m’éclater avec le blog et à m’investir dans des projets qui me tiennent à cœur.

Reçois-tu toujours des produits gratuits ?

Cette question me fait toujours sourire. Gratuit, signifie que les marques n’attendent rien de vous, ce qui en général n’est pas le cas. Donc oui, on reçoit toutes des choses, mais c’est une forme de rémunération puisque la marque s’attend à ce qu’un contenu soit produit derrière. Ce n’est pas la définition de gratuit, pour moi.

Qui te prend en photo ?

Je travaille avec différentes photographes amateurs mais je ne suis fermée à aucune collaboration. J’apprécie vraiment de travailler avec des photographes qui ont de vrais univers et peuvent apporter un plus au blog. Autrement, ce sont des copines blogueuses qui me prennent en photo .

SONY DSC

Alors comment vous dire que je prends un pied phénoménal et que ma vie a pris un tournant complétement dingue depuis que j’ai pris la décision de suivre mon cœur. Coïncidence ou pas, depuis que j’ai fait ce choix, à savoir la mode, tout me sourit et ce n’est pas pour me déplaire, car j’avais vraiment besoin de cette lueur et ces encouragements dans ma vie!! Je me sens vraiment chanceuse, reconnaissante et surtout, je me félicite d’avoir écouté mon instinct. Today, je vous parle plus précisément de l’école dans laquelle je suis inscrite pour ma formation, comment ça se passe, le prix, l’envoi des cours, etc, bref toute la logistique autour de cette formation. So how to tell you that I have immense pleasure to conduct all its projetsl and my life has completely changed since I decided to follow my heart . Coincidence or not , since I decided to start my first love , namely fashion, all smiles and not displease me , because I really needed this glow and the positives in my life !! I feel really lucky , grateful , and above all , I am pleased to have listened to my instinct. Today , I speak specifically of the school in which I am enrolled in my training, how it happens , Price, sending over , in short all that was around the school .

SONY DSC

L’enseignement à distance dans le cursus universitaire ne me dérange pas, je connais et l’ai déjà fait. Dans le domaine artistique, ça me semble beaucoup plus douteux, et je dois avouer qu’au départ, j’étais méfiante, j’ai fait beaucoup de recherches sur les forums, sur les sites internet spécialisés, cela m’a permis de me faire une petite idée. Ma plus grande peur était, on va dire la sincérité de l’école. On peut s’étonner d’intégrer une école de mode sans formation au préalable. Le retour positif et très encourageant de la responsable pédagogique m’a étonné et j’ai presque eu peur. Je me suis demandé si elle disait ça juste pour que je rapplique dans leur école avec les sousous :) ou si elle avait vraiment eu un coup de cœur pour ce que je faisais et me poussais à suivre cette voie ? Décision, interrogation, manque de confiance, j’ai préféré ne pas trop me poser de question et y aller à fond. Distance education with a university does not bother me, I know and have already done. In the arts, it seems much more doubtful, and I must admit that at first I was suspicious, I did a lot of research on forums, on specialized websites, it allowed me to me get an idea. My biggest fear was, let’s say the sincerity of the school. It is surprising to include a pre-training without fashion school. The positive and very encouraging return of the head teacher surprised me and I almost got scared. I wondered if she said it just so I come around in their school with sousous 🙂 or if she really had a heart for what I was doing and pushed me to follow this path? Do I doubt a lack of trust or mistrust? I preferred not to ask me questions and go for it .

Pourquoi Lignes et Formations? Why « Lignes et Formations »

Comme je l’ai déjà évoqué, j’ai fait beaucoup de recherches parmi les écoles et notamment les plus connues. Rien que leurs noms vous font rêver (mode) . Évidemment, je me suis confrontée à plusieurs difficultés et la première étant le prix qui pour moi est réellement indécent. La seconde difficulté a été que légitimement, ces écoles demandent un bagage de base en art ou design, le plus souvent une BAC pro ou BTS dans la mode. J’ai un certain nombre de diplômes, mais pas dans la mode, ma seule vitrine étant mon blog. Lignes et Formations était la seule qui proposait un enseignement à distance et semble-t-il de qualité. J’ai été séduite par le contenu de la formation, le pedigree des professeurs, le prix, le fait qu’il y ait une école physique sur Paris et la possibilité de s’y rendre pour des ateliers ou échanger avec d’autres élèves. Pour y rentrer, j’ai eu plusieurs entretiens téléphoniques avec la responsable pédagogique, mon blog a été passé au crible, leur a permis de se faire une idée de moi, mon travail, mon univers et ils m’ont fait des retours là-dessus. Les responsables pédagogiques sont très disponibles et l’échange et facile. L’avantage de cette école est que votre motivation, votre ambition sera toujours valorisée et poussée. Votre passion est votre meilleur atout, votre porte d’entrée, mais l’école nous prévient également que ce sera rude, long, mais avec la volonté, on y arrive. Sans oublier que l’école à 10 ans d’expérience dans la formation à distance, des entreprises partenaires pour les stages pratiques, ils sont membre de la CHANED (Chambre Syndicale Nationale de l’Enseignement privé à Distance) et elle est soumise au contrôle pédagogique de l’État. Tout ceci a fini de me convaincre de les rejoindre. As I already mentioned here, I did a lot of research among schools including the best known. Just their names make you dream (mode). Obviously, I faced several difficulties and the first is the price which for me is really indecent. The second difficulty was that legitimate sources, such schools require a basic background in art or design, usually a graduate in fashion. I have a number of degrees, but not in fashion, being my only showcase my blog. Lines and Training was the only one that offered distance education and apparently it quality. I was seduced by the content of the training, the pedigree of teachers, the price, the fact that there is a physical school in Paris and the opportunity to go there for workshops or exchange with other students . To get there, I had several conversations with téléphonqiues the head teacher, my blog has been reviewed, allowed them to get an idea from me, my work, my world and made me la Returns above. Education officials are available and exchange and easy. The advantage of this school is that your motivation, your ambition will always be valued and pushed. Your passion is your greatest asset, your front door, but we also warn that it will be tough, but along with the will you get there. Not to mention that the school 10 years of experience in distance education, business partners for the practical training they are a member of the CHANED (National Union Chamber of private Distance Education) and is subject to review teaching of the state. All this has finally convinced me to join them.

Quelle formation? What course?

L’école forme à la photographie, la décoration et le design, le graphisme et le dessin, et pour finir la mode. On y trouve des formations métiers, qui préparent à l’exercice d’un métier. Il y a également des formations compétences, qui sont un perfectionnement à des connaissances que l’on a déjà. L’école prépare aussi à certains examens (BTS, Bac Pro, BEP). Pour ma part, j’ai choisi un métier qui est celui de Créateur-Styliste de mode avec en plus, une option accessoires. L’objectif de la formation est de : tout connaître de l’environnement culturel, historique, esthétique et économique du monde de la mode et du stylisme. Mais également appréhender et pratiquer les principales techniques de patronage et de couture ainsi que maîtriser les logiciels utilisés en Design de Mode. Sans oublier de développer notre culture mode et notre personnalité créative. Le but ultime étant de savoir concevoir une collection finalisée de vêtements pour différentes cibles (femme, homme, enfant). The school offers courses in the field of photography, decoration and design, graphics and drawing, and finally fashion. There is a business side with courses that will train you to practice a trade. There is also a skills aspect, an improvement in the knowledge you already have. The school also prepares some school examinations. For my part, I chose a job training which is that of fashion designer-stylist and moreover, an accessory option. The objective of the training is to: know everything about the cultural, historical, aesthetic and economic world of fashion and styling, understand and practice the main techniques of patronage and sewing, control software used in design Fashion, developing your culture and your creative fashion personality finalized design a collection of clothes for different targets (women, men, children) around 4 axes: Fashion Culture – Knowledge of industry technology – Methods and technical tools, Creativity – methods and creative tools, professional context.

Le coût? Cost?

La formation dure au maximum 3 ans, sachant qu’en fonction de ma progression, je peux finir en trois années comme prévu ou en une seule. La formation me coûte 2755 €. Ce tarif comprend la formation en elle-même et l’option accessoires. C’est un prix correct par rapport aux autres écoles de mode. Le seul bémol et qui doit être dit, c’est que chaque atelier de perfectionnement ou option est payant (environ 200€), ce qui peut vite faire grimper la facture, mais sur deux ou trois ans de formation ça reste gérable. Bien que je pense prendre une nouvelle option(web design) l’année prochaine et participer à au moins deux ateliers pratiques par an, je privilégie les associations et centre culturels pour me perfectionner à moindre coût (notamment en couture). The training lasts a maximum of 3 years, knowing that depending on my progress, I can finish in three years as planned or into one. The training cost me 2755€. This price includes the training itself and the accessories option. It’s a decent price compared to other fashion schools. The only downside, which is worth mentioning is that each development workshop or option fee (about 200€), which can quickly drive up the bill, but two or three years of training it’s still manageable. Although I think taking a new option (web design) next year and participate in at least two practical workshops a year, I prefer associations and cultural center to improve myself at a lower cost (in sewing for example).

Les cours? The courses?

Je les reçois à la maison sous forme de fascicules. C’est très bien expliquer et illustrer, avec beaucoup de repères bibliographiques qui me permettent d’aller approfondir et chercher moi-même certaines informations. C’est très clair et je les retrouve également sur la plateforme dédiée de l’école qui est l’espace élève. Je m’y connecte avec mes identifiants et j’y retrouve mes cours, mon certificat de scolarité, mes paiements, mes inscriptions aux ateliers, mes devoirs et leurs notes, ainsi que les corrigés avec les commentaires des professeurs. C’est vraiment très bien fait. Via cette plateforme, on peut également poser des questions aux professeurs, se tenir au courant e l’actualité de l’école et de notre domaine de formation, sans oublier les offres de stages ou d’emploi. I receive them at home in the form of booklets. It is very well explain and illustrate, with many bibliographic references that allow me to go further and get it myself certain information. It is very clear and I also found on the school’s dedicated platform that is the student space. I connect with my ID and I found my classes, my school certificate, my payments, my enrollment workshops, homework and notes, as well as corrected with feedback from teachers. It’s really well done. Via this platform, you can also ask questions to teachers, to keep abreast e news of the school and our training field, not to mention the internship or job offers.

SONY DSC

Le matériel? The supplies/material?

C’est très varié et c’est bien sur un investissement. Je me procure tout le nécessaire au fur et à mesure. Pour débuter, je me suis procuré l’essentiel chez Hema et le futé. Il y a des boutiques beaucoup plus spécialisées pour le tissu notamment, mais pour l’instant, j’y vais pas à pas, je n’en suis pas encore là, bien que j’ai hâte de créer ma collection. Mon prochain achat : une machine à coudre ! Ce que je préfère, c’est mon carnet de croquis, dans lequel je gribouille dans le RER et note toutes mes idées pour ma future collection. It’s varied and it is mainly an investment. I gives me everything necessary to progressively. To begin, I bought mainly in Hema and smart. There are many more specialty shops for fabric including, but for now, I do not go by step, I’m not there yet, although I can not wait to start my collection. My next purchase: a sewing machine! What I like most is my sketchbook in which I scribble notes in the RER and all my ideas for my future fashion collection.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC

L’organisation au quotidien? The daily schedule?

Il faut vraiment s’imposer une rigueur, pour apprendre, se documenter, réviser, s’entrainer, mais j’adore ça ! Je ne travaille pas le mercredi donc pour moi le mercredi et le week-end sont des temps de travail importants. Je me cale également deux soirs par semaine ou je vais travailler mes cours pendant deux heures. Et oui, il faut ce qu’il faut! You really have to impose discipline, to learn, document, review, work out, but I love it! I do not work on Wednesday, so for me on Wednesday and weekend work are important times. I also hold me two nights a week and I’ll work my classes for two hours. And yes, we must do what it takes!

Le statut et les débouchés? Status and opportunities?

C’est une formation qualifiante et pas diplômante. J’aurais donc le statut de Créatrice-Styliste de mode, avec des compétences professionnelles validées et reconnues. Je pourrais travailler de manière indépendante, en créant mon entreprise, ma marque, ma boutique ou en tant que salariée dans différentes structures (bureau de création ou de style, marque de prêt-à-porter, grand magasin). Je pourrais également me spécialiser dans un domaine : femme, homme, enfant, sportswear, lingerie, etc. This is a qualifying training. I would therefore have the status of Creative Stylist-mode, with professional skills validated and recognized. I could work independently, creating my company, my brand, my shop or as an employee in different structures (creating office or style, ready-to-wear department store). I could also specialize in a field: women, men, children, sportswear, lingerie, etc. I leave you with a video of the last show organized by the school Harcourt studio. Congratulations to my colleagues for these achievements!

UPDATE

J’ai arrêté la formation car je me suis rendu compte que apprendre le métier de styliste à distance était tout simplement impossible et pas réaliste. Il y a un vrai suivi, les profs sont réellement présents, les cours sont très bien fait mais ça ne me convient plus, j’ai besoin de quelque chose de plus concret.

Pour plus d’informations, vous pouvez retrouvez l’école ici : FacebookTwitterYoutube

Lignes et Formations – 3-3 bis rue Taylor – 75010 Paris

Coucou tout le monde !! Cela fait un petit moment que je n’ai pas posté, car je dois prendre mes marques avec mon nouveau travail et ma vie d’étudiante, donc voilà, j’essaie de m’organiser au mieux ! C’est d’ailleurs de ça que je vous parle aujourd’hui. J’avais envie de vous expliquer mon parcours dans la reconversion professionnelle 🙂 . Ca sera donc un article blabla mais je pense que mon expérience pourra peut-être intéresser celles et ceux qui souhaite changer de voie professionnelle mais sont effrayés à l’idée de se lancer.

Pour ma part, cela fait environ un an, que je réfléchis à tout ça. Pour celles qui ne le savent pas, je suis assistante sociale. J’ai terminé mes études tôt, à 21 as et j’ai commencé à travailler un mois après l’obtention de mon diplôme. J’ai voulu être assistante sociale pour aider les gens, pour apporter ma pierre à l’édifice. La relation et le travail que j’ai effectué avec les personnes que j’ai accompagné pendant ces années a été d’un enrichissement incroyable, c’est pour ce lien, cette relation à l’autre que j’ai voulu faire ce métier. Le revers de la médaille, c’est la violence des gens, physique et verbale, c’est des directives à suivre qui vont parfois à l’encontre de votre éthique professionnelle. Je n’ai jamais remis en question mon choix de devenir assistante sociale ou mes capacités à l’être, mais j’ai réellement rejeté le cadre qui entoure le métier, dans la fonction publique en tout cas et quand j’ai essayé de me projeter, j’ai bloquée. Je me suis aperçue que je ne pourrais jamais faire de ce métier, ma carrière entière, car ça implique trop émotionnellement, on y met une part de soi, hors on a aussi notre fragilité et nos difficultés et à terme, je ne pourrais pas l’assumer. J’ai traversé un véritable trou noir professionnellement, je ne me sentais pas du tout soutenu par ma hiérarchie et mes collègues dans les difficultés que je pouvais rencontrer dans l’exercice de mes fonctions, je n’étais vraiment pas bien dans mes baskets. Le blog m’a aidé à traverser ce moment difficile et je me suis rendue compte du plaisir que ça me procurait, cette excitation, cette recherche, la créativité, le partage. Ça m’a remis les idées en place et m’a permis de me rendre compte de ce que je voulais vraiment. Ma passion pour la mode ne date pas d’hier, mais j’ai toujours pensé que c’était un domaine inaccessible pour moi, que c’était surfait et trop incertain. Aujourd’hui, je me rends compte que ce qui me passionne ce n’est pas les podiums, les paillètes, c’est véritablement le côté style, création de look pour les autres, les conseils, les associations de matières, bref tout cet aspect là. J’ai donc commencé à me renseigner pour les écoles de mode et de stylisme. La plupart demandent un BAC pro dans le stylisme, la mode, ou alors une année de remise à niveau en arts appliqués. N’ayant aucun bagage académique dans la mode, je ne pouvais pas accéder ni à l’année de remise à niveau ni aux écoles spécialisées et surtout le tarif des écoles de mode est absolument exorbitant (entre 6 000 € et 10 000 €) c’est absolument hors de mes moyens. J’ai alors chercher des écoles par correspondance ou en alternance, et en cherchant dans les forums spécialisés, j’ai entendu parler de Lignes et Formations.

Je les ai contactés pour avoir des informations sur les formations, le prix, les conditions d’accès, les débouchés. Ils m’ont répondu, nous avons beaucoup échangé, sur mes motivations, mes projets, ce que j’avais a apporter comme compétences, n’étant pas du tout du milieu de la mode à l’origine. Ils m’ont demandé si j’avais un book ou autre, je leur ai dit que j’avais un blog. Le chargé d’études m’a donc dit qu’elle irait voir mon blog et qu’elle me recontacte sous une semaine pour me dire ce qu’elle en pense. Elle m’a bien rappelé 4 jours plus tard et là, j’ai eu le choc de ma vie :). Elle m’a fait des remarques très pertinentes, mais aussi de très jolis compliments sur ma personnalité, ma plume, ce que je pouvais proposer au niveau mode sur le blog, le contenu. J’ai été très touchée par ces commentaires parce que je doutais toujours de ce que je pouvais apporter dans ce domaine. On a longuement échangé par téléphone, par mail, et elle m’a dit que si j’étais motivée et déterminée, car ça sera dur, il m’acceptait au sein de l’école. Ça été le début de l’aventure, je vais donc faire une formation pour devenir Styliste-Créatrice de mode, option accessoires de mode. Ce n’est pas un diplôme mais une formation qualifiante qui me donne le titre de styliste-créatrice de mode. ATTENTION : ce genre de formation se fait à distance mais je peux solliciter les profs quand je le souhaite et me rendre à l’école pour travailler. Il faut vraiment être créatif, autonome et déterminé à réussir. Pour ma part, je vais à beaucoup d’expos pour m’inspirer, je travaille ma culture mode, je prends des cours de couture, j’ai acheté une machine à coudre, bref ça demande du temps et de l’argent mais surtout de l’investissement.

J’ai eu peur, j’ai hésité, car financièrement, il faut quand même assuré (l’école coûte 3 000 € l’année) et pour avoir fait une licence à distance, je sais à quel point c’est dur quand on travaille à temps plein. Cette réussite plus toutes les difficultés que j’ai rencontrées sur mon travail actuel m’ont poussé à effectuer quelques changements. Je me suis démené pour trouver un autre poste dans le social, mais qui va me permettre d’avoir du temps pour le stylisme et surtout qui va me permettre d’une part de gagner plus et donc financer tout ce que ma formation implique et d’autre part de retrouver gout au social!! Après six mois de recherche d’emploi, j’ai enfin trouvé, je serais donc toujours assistante sociale, mais en entreprise et à 80 %, ce qui va me permettre de m’investir vraiment dans mes cours, de travailler les projets demandés, de développer le blog et d’approfondir ma créativité. Avant d’effectuer tout changement, renseignez-vous bien sur la nouvelle voie que vous choisissez, le prix, les contraintes, les sacrifices, cela vous permettra de vous faire une idée claire avant de vous lancer. Mais surtout, ne vous censurez pas, on a qu’une seule vie, et elle est longue. Il n’y a rien de pire que de vivre avec des regrets, surtout lorsque l’on traverse une période difficile. La morale de tout ça c’est que si vous avez un rêve, qui vous tient vraiment à cœur, qui vous passionne, vous habite, foncez ! Pas n’importe comment bien sûr, mais allez au bout des choses. Pour ma part, je vais mener tout ça de front, jusqu’à ce que ma formation aboutisse. Je me sens chanceuse, de pouvoir exercer deux métiers que j’aime dans une seule vie. J’ai bien l’intention de mener ce projet à terme et je me sens armée pour attaquer cette nouvelle carrière.

Je n’ai pas l’habitude de faire ce genre de choses, mais je voudrais juste adresser un petit mot à la belle Coralie du blog Elles en parlent , qui traverse un moment difficile en ce moment. Son blog est connu, mais elle reste simple et je l’apprécie pour ça. Je prends plaisir à la lire régulièrement, une joie de vivre qui transparaît dans ces posts et j’espère sincèrement que le passage à vide qu’elle traverse professionnellement, en ce moment évoluera vers quelque chose de positif. Alors Coralie, si tu passes par là, je te fais plein de bisous et souhaite de tout cœur que tous tes efforts finissent par payer.

Dans un prochain article, je vous parlerais plus précisément de l’école, des cours, l’organisation, ce qui est demandé. J’espère que cet article pourra aider, motiver ou éclairer certaines personnes qui s’interrogent.