Coucou tout le monde !! Cela fait un petit moment que je n’ai pas posté, car je dois prendre mes marques avec mon nouveau travail et ma vie d’étudiante, donc voilà, j’essaie de m’organiser au mieux ! C’est d’ailleurs de ça que je vous parle aujourd’hui. J’avais envie de vous expliquer mon parcours dans la reconversion professionnelle 🙂 . Ca sera donc un article blabla mais je pense que mon expérience pourra peut-être intéresser celles et ceux qui souhaite changer de voie professionnelle mais sont effrayés à l’idée de se lancer.

Pour ma part, cela fait environ un an, que je réfléchis à tout ça. Pour celles qui ne le savent pas, je suis assistante sociale. J’ai terminé mes études tôt, à 21 as et j’ai commencé à travailler un mois après l’obtention de mon diplôme. J’ai voulu être assistante sociale pour aider les gens, pour apporter ma pierre à l’édifice. La relation et le travail que j’ai effectué avec les personnes que j’ai accompagné pendant ces années a été d’un enrichissement incroyable, c’est pour ce lien, cette relation à l’autre que j’ai voulu faire ce métier. Le revers de la médaille, c’est la violence des gens, physique et verbale, c’est des directives à suivre qui vont parfois à l’encontre de votre éthique professionnelle. Je n’ai jamais remis en question mon choix de devenir assistante sociale ou mes capacités à l’être, mais j’ai réellement rejeté le cadre qui entoure le métier, dans la fonction publique en tout cas et quand j’ai essayé de me projeter, j’ai bloquée. Je me suis aperçue que je ne pourrais jamais faire de ce métier, ma carrière entière, car ça implique trop émotionnellement, on y met une part de soi, hors on a aussi notre fragilité et nos difficultés et à terme, je ne pourrais pas l’assumer. J’ai traversé un véritable trou noir professionnellement, je ne me sentais pas du tout soutenu par ma hiérarchie et mes collègues dans les difficultés que je pouvais rencontrer dans l’exercice de mes fonctions, je n’étais vraiment pas bien dans mes baskets. Le blog m’a aidé à traverser ce moment difficile et je me suis rendue compte du plaisir que ça me procurait, cette excitation, cette recherche, la créativité, le partage. Ça m’a remis les idées en place et m’a permis de me rendre compte de ce que je voulais vraiment. Ma passion pour la mode ne date pas d’hier, mais j’ai toujours pensé que c’était un domaine inaccessible pour moi, que c’était surfait et trop incertain. Aujourd’hui, je me rends compte que ce qui me passionne ce n’est pas les podiums, les paillètes, c’est véritablement le côté style, création de look pour les autres, les conseils, les associations de matières, bref tout cet aspect là. J’ai donc commencé à me renseigner pour les écoles de mode et de stylisme. La plupart demandent un BAC pro dans le stylisme, la mode, ou alors une année de remise à niveau en arts appliqués. N’ayant aucun bagage académique dans la mode, je ne pouvais pas accéder ni à l’année de remise à niveau ni aux écoles spécialisées et surtout le tarif des écoles de mode est absolument exorbitant (entre 6 000 € et 10 000 €) c’est absolument hors de mes moyens. J’ai alors chercher des écoles par correspondance ou en alternance, et en cherchant dans les forums spécialisés, j’ai entendu parler de Lignes et Formations.

Je les ai contactés pour avoir des informations sur les formations, le prix, les conditions d’accès, les débouchés. Ils m’ont répondu, nous avons beaucoup échangé, sur mes motivations, mes projets, ce que j’avais a apporter comme compétences, n’étant pas du tout du milieu de la mode à l’origine. Ils m’ont demandé si j’avais un book ou autre, je leur ai dit que j’avais un blog. Le chargé d’études m’a donc dit qu’elle irait voir mon blog et qu’elle me recontacte sous une semaine pour me dire ce qu’elle en pense. Elle m’a bien rappelé 4 jours plus tard et là, j’ai eu le choc de ma vie :). Elle m’a fait des remarques très pertinentes, mais aussi de très jolis compliments sur ma personnalité, ma plume, ce que je pouvais proposer au niveau mode sur le blog, le contenu. J’ai été très touchée par ces commentaires parce que je doutais toujours de ce que je pouvais apporter dans ce domaine. On a longuement échangé par téléphone, par mail, et elle m’a dit que si j’étais motivée et déterminée, car ça sera dur, il m’acceptait au sein de l’école. Ça été le début de l’aventure, je vais donc faire une formation pour devenir Styliste-Créatrice de mode, option accessoires de mode. Ce n’est pas un diplôme mais une formation qualifiante qui me donne le titre de styliste-créatrice de mode. ATTENTION : ce genre de formation se fait à distance mais je peux solliciter les profs quand je le souhaite et me rendre à l’école pour travailler. Il faut vraiment être créatif, autonome et déterminé à réussir. Pour ma part, je vais à beaucoup d’expos pour m’inspirer, je travaille ma culture mode, je prends des cours de couture, j’ai acheté une machine à coudre, bref ça demande du temps et de l’argent mais surtout de l’investissement.

J’ai eu peur, j’ai hésité, car financièrement, il faut quand même assuré (l’école coûte 3 000 € l’année) et pour avoir fait une licence à distance, je sais à quel point c’est dur quand on travaille à temps plein. Cette réussite plus toutes les difficultés que j’ai rencontrées sur mon travail actuel m’ont poussé à effectuer quelques changements. Je me suis démené pour trouver un autre poste dans le social, mais qui va me permettre d’avoir du temps pour le stylisme et surtout qui va me permettre d’une part de gagner plus et donc financer tout ce que ma formation implique et d’autre part de retrouver gout au social!! Après six mois de recherche d’emploi, j’ai enfin trouvé, je serais donc toujours assistante sociale, mais en entreprise et à 80 %, ce qui va me permettre de m’investir vraiment dans mes cours, de travailler les projets demandés, de développer le blog et d’approfondir ma créativité. Avant d’effectuer tout changement, renseignez-vous bien sur la nouvelle voie que vous choisissez, le prix, les contraintes, les sacrifices, cela vous permettra de vous faire une idée claire avant de vous lancer. Mais surtout, ne vous censurez pas, on a qu’une seule vie, et elle est longue. Il n’y a rien de pire que de vivre avec des regrets, surtout lorsque l’on traverse une période difficile. La morale de tout ça c’est que si vous avez un rêve, qui vous tient vraiment à cœur, qui vous passionne, vous habite, foncez ! Pas n’importe comment bien sûr, mais allez au bout des choses. Pour ma part, je vais mener tout ça de front, jusqu’à ce que ma formation aboutisse. Je me sens chanceuse, de pouvoir exercer deux métiers que j’aime dans une seule vie. J’ai bien l’intention de mener ce projet à terme et je me sens armée pour attaquer cette nouvelle carrière.

Je n’ai pas l’habitude de faire ce genre de choses, mais je voudrais juste adresser un petit mot à la belle Coralie du blog Elles en parlent , qui traverse un moment difficile en ce moment. Son blog est connu, mais elle reste simple et je l’apprécie pour ça. Je prends plaisir à la lire régulièrement, une joie de vivre qui transparaît dans ces posts et j’espère sincèrement que le passage à vide qu’elle traverse professionnellement, en ce moment évoluera vers quelque chose de positif. Alors Coralie, si tu passes par là, je te fais plein de bisous et souhaite de tout cœur que tous tes efforts finissent par payer.

Dans un prochain article, je vous parlerais plus précisément de l’école, des cours, l’organisation, ce qui est demandé. J’espère que cet article pourra aider, motiver ou éclairer certaines personnes qui s’interrogent.

Author

Nathalie Njikam est la créatrice du blog Crazy Soprane depuis 2014. Elle y publie régulièrement ses looks, ses conseils de style et morphologie, ses découvertes beauté, ses récits de voyage et bonnes adresses à Paris. Mais ici, on parle aussi body positive, bien-être, santé et estime de soi, mon crédo: « la différence est un cadeau » .

8 Comments

  1. Génial ma belle! Tu le sais, je suis à fond avec toi!! Je pense que la vie nous offre ce qu’on desire le plus! Alors tu fais bien de te lancer dans ce que tu aimes, tu vas reussiir !!! Gros bisous

    • crazysoprane Reply

      Merci ma chérie !! Ça m’aide à ne rien lâcher !

  2. Comme je te comprends pour le métier d’assistante sociale… Je pense avant tout que c’est une vocation, et qu’il faut avoir un sacré caractère et de sacrées épaules pour pouvoir encaisser et assumer l’envers du décor de ce métier…

    C’est mieux pour toi de te tourner vers ta véritable passion . Comme toi cette années, j’ai repris des études, dans ma passion depuis toujours, l’art . Le seul moyen de m’exprimer et de m’extérioriser pleinement. C’est difficile, c’est cher, mais quand on veut vivre de ces rêves, il faut passer par là. Et le blog est un véritable atout, comme tu le sais!

    Je te souhaite bien de la réussite dans ton parcours! Bises

    ps: le 31, pour Halloween, une surprise se prépare sur mon blog ! Chut, je n’en dirais pas plus 😀

    • crazysoprane Reply

      Effectivement. Pour moi ça n’a pas été une vocation, simplement une envie de partager, d’accompagner. Je veux être assistante sociale depuis le lycée, et mon expérience de vie m’a permis d’avoir les épaules solides, c’est pour ça que je fais toujours ce métier aujourd’hui d’ailleurs, même si j’ai changé de cadre mais je crois que j’ai sous-estimé à quel point ça pouvait me toucher. C’est pour ça que je sais aujourd’hui que je ne pourrais pas être assistante sociale toute ma vie et la vie m’a permis des retourner vers ma passion, donc j’ai foncé direct 🙂 ! Je te souhaite aussi de réussir, on pourra s’encourager 🙂

  3. Que tu es belle ma poulette!
    Moi je ne peux que te tirer mon chapeau car je trouve que tu as été d’un courage exemplaire 🙂
    Et tu vas voir, tout va finir par payer <3

    Gros gros bisous!

    M.

Hâte de lire votre avis