Ce sera sans doute, l’article le plus long de ce blog. J’espère que vous avez du temps car je vais vous raconter mon histoire dans les grandes lignes, vous comprendrez pourquoi je le fais à la fin de ce post.

14 ans

En surpoids, je l’ai toujours été, c’est morphologique, c’est moi. Je ne me suis jamais sentie gênée par mon corps bien que consciente de mon surpoids. Mes parents ont commencé à me faire des réflexions, mais ça ne comptait pas, parce que personnellement, je me sentais bien dans mes baskets. Puis j’ai eu une prise de conscience assez violente.

J’ai le béguin pour mon meilleur ami de l’époque. On se connaît par cœur et il me semble évident qu’on est fait pour être ensemble (j’avais 14 ans soyez indulgent), ça ne se fait pas et c’est mon premier chagrin d’amour. Il n’évoque pas le côté physique, mais je suis tellement vexée que je ne vois que ça comme argument valable à son refus (on est toujours ami ne vous inquiétez pas, Thomas, je t’aime mon chéri).

Le second événement a été le sport. J’ai commencé le handball à 7 ans et en grandissant, j’ai commencé à nourrir certaines ambitions de haut niveau. J’ai intégré plusieurs sélections départementales et régionales, mais lorsque j’ai voulu monter d’un cran, en intégrant un pôle espoir, mon entraîneur de l’époque m’a dit clairement que j’avais du talent, mais que je n’avais aucune chance d’aller plus loin si je ne perdais pas du poids. Ça m’a profondément blessée et à ce moment-là, je suis devenue extrêmement complexée, le poids est devenu une obsession.

16 ans

J’ai perdu 20 kilos en 8 mois, je quitte la province pour Paris et je réalise mon rêve, en intégrant un centre de formation handball. Le sport-études, c’est 10h de sport et 2h de musculation par semaine, je stabilise mon poids. J’ai des rondeurs, mais elles sont bien placées, je suis bien foutue comme on dit. Pour parfaire le tout, je tombe amoureuse et je mets de côté ce régime qui a été une vraie épreuve pour moi. J’affiche 70 kilos pour 1m62, je me sens bien.

18 ans

Ma « carrière » n’évolue pas comme je l’imaginais, la concurrence est rude, je suis arrogante et je ne me remets pas en question. Le lycée n’est pas ma priorité, je passe plus de temps avec mon chéri et aux entraînements que devant mes livres et là, ça commence à dérailler. Petite fracture de la clavicule, luxation de l’omoplate, je rate mon BAC au rattrapage et j’arrête le handball d’un coup, mon monde s’écroule.

Je suis en deuil de cette passion à travers laquelle je vivais depuis petite alors naturellement, je reprends du poids et je vis tout cela comme un échec. Je me vois regrossir, mais je souffre tellement que je m’en fous, après tout, j’ai toujours été grosse, c’est plutôt le fait d’être fine qui me semblait bizarre. Je suis toujours amoureuse, encore plus qu’avant, il est là, m’aime toujours malgré ma prise de poids, je me sens la plus belle dans ses yeux.

Après une année loin de Paris pour redoubler ma terminale, j’obtiens mon BAC et je suis de retour à Paris. Je retrouve mes amis, mon chéri, mon environnement, mais le mal est fait. Je n’ai plus confiance en moi, je me sens minable, je me dégoûte. Je perds confiance aussi en mon compagnon, il change, s’éloigne, ce n’est plus pareil.

21 ans

Après quatre ans et demi, il me quitte. Je suis perdue, je n’ai plus aucun respect pour moi-même et là, c’est la descente aux enfers. Je suis dans ma dernière année d’études pour devenir assistante sociale et je sombre lentement dans une dépression. Malgré tout, j’arrive à avoir mon diplôme et j’essaie de guérir de cette relation. J’ai repris la moitié du poids perdu lors de mon adolescence, je ne fais plus de sport. J’entre dans la vie active, mais je suis très renfermée, à fleur de peau, constamment en colère. Ma souffrance intérieure s’intensifie, tellement que ça en devient inquiétant, mon entourage a peur pour moi et moi aussi. Ma deuxième année de travail se passe mal, je vis un harcèlement moral par certains de mes collègues qui aggrave ma dépression, je perds le contrôle et je deviens boulimique. Les crises s’enchaînent et s’alternent avec des périodes de régimes, de jeûne et de frénésie de sport, j’essaie de faire bonne figure.

23 ans

J’ai repris tous mes kilos, avec 10 kg en plus, je me sens vraiment mal dans mon corps, mais malgré tout, je suis de nouveau en couple, cette relation me fait un bien fou, j’hallucine complètement qu’il m’aime, mais il me dévore des yeux et ça fait du bien à mon ego. Je commence à me dire que je dois avancer et régler ce qui ne va pas chez moi.

J’ai besoin de faire des changements, alors je passe une audition pour une chorale de gospel (je suis prise et ça été 2 ans de plaisir immense) , j’ouvre mon blog (une belle aventure qui continue), je commence un nouveau régime, mais ça ne m’aide pas, il est drastique et frustrant. Mon médecin généraliste me conseille de consulter un psychologue, je fais de la résistance, mais je décide finalement de pousser la porte d’un cabinet. Le médecin me parle également de chirurgie bariatrique, mais je me braque, je peux perdre du poids toute seule, je ne m’abaisserais pas à faire ça.

24 ans

Je porte un regard neuf sur moi, le blog m’a changé, la thérapie se poursuit et me fait un bien monumental. Je suis désormais célibataire alors je décide de tout changer. Je trouve un nouveau poste qui me plaît et commence à germer en moi l’idée de me consacrer à ma passion pour la mode. Dans la foulée, je reconsidère mon avis sur la chirurgie mais je n’y connais rien, je n’ai aucune information alors je consulte tout de même un chirurgien, juste pour avoir un avis.

La consultation se passe bizarrement, j’ai le sentiment qu’il m’a dit ce que je voulais entendre et pour couronner le tout, ni ma famille, ni mes amis ne me soutiennent alors je laisse tomber. Je me rends alors compte que je n’envisageais pas la chirurgie pour les bonnes raisons et que je devrais commencer par arrêter de m’auto-flageller. Je décide de faire la paix avec moi-même et d’accepter le fait d’être obèse. Après tout, je suis comme je suis, au nom de quoi devrais-je changer ?

25 ans

Je me sens beaucoup mieux, j’ai grandi, évolué, je profite de la vie. Je vis des expériences de folie avec le blog, je voyage, je me prends moins la tête. Je me trouve belle et je n’en doute plus. Je cherche un poste d’assistante sociale à mi-temps et je me mets à mon compte en tant que community manager et rédactrice web freelance. J’ai enfin le sentiment de me retrouver un peu, d’être entière.

Et aujourd’hui à 26 ans ?

La thérapie m’a permis de comprendre pourquoi j’étais obèse et la médecine m’a permis de comprendre pourquoi j’étais trés malade ces derniers temps mais aussi pourquoi je ne perdais pas de poids (alors que depuis un an, je fais 3h de sport par semaine et que j’ai fait un rééquilibrage alimentaire, résultat 6kg perdu seulement en une année). Quoique les gens disent, ils ne sauront jamais mieux que vous ou un médecin, ce qui est bon pour vous. Si je vous raconte tout ça, c’est pour vous dire de ne pas abandonner, de croire en vous, d’être fière de qui vous êtes et surtout d’agir pour vous.

Après après avoir travaillé dur pour savoir qui j’étais et m’accepter, un nouveau problème a surgi : la santé et je ne m’y attendais vraiment pas. Jusque là, ça n’avait jamais été présent, même plus jeune, je faisais plus de sport que personne avec des kilos en trop et je n’avais aucun problème de santé. Je suis arrivée à un point de rupture, j’ai senti mon corps déraillé et m’interpeller.

Je suis la fille qui s’occupe de tout le monde sauf de moi et je crois que là, il a voulu me dire, ma grande, va falloir te poser vraiment. En ce qui me concerne, régler mes problèmes de santé passe par la chirurgie. Ce n’est pas ni une évidence, ni la facilité et c’est encore moins, un choix désespéré comme j’ai pu l’entendre, ni le choix de la dernière chance. Cette intervention n’est pas sans conséquence, comme toute opération chirurgicale, ça comporte des risques. J’ai hésité, j’ai beaucoup cherché, je me suis renseigné, j’ai échangé avec mon entourage, j’ai consulté 3 chirurgiens pour croiser les avis. J’ai peur, c’est angoissant, je me questionne.

Mes rondeurs ne me dérangent pas, c’est tout le reste qui est problématique. Et si je ne m’aime plus avec des kilos en moins ? Et si je ne me reconnais plus ? Et si il m’arrive quelque chose durant l’intervention ? Et si ça se passait mal et que ça m’apportait encore plus de problèmes de santé comme j’ai pu le voir sur d’autres personnes ? Et si, et si ….. Il n’est plus temps de pinailler mais de prendre soin de moi, je ne pourrais jamais tout maîtriser. Mais c’est justement parce que j’ai travaillé sur moi ces 2 dernières années que je suis en capacité de le faire en toute conscience. On n’est pas prophète chez soi alors même si tout le monde se permet de vous donner son avis, n’écoutez que votre cœur ainsi que les professionnels de santé. Je choisis la vie, la santé, mon désir d’être mère, des nuits de sommeils normales où mon apnée ne risque pas de me tuer, un cœur qui va bien et qui ne risque pas de s’arrêter, un dos et des jambes qui pourront me porter sans souffrir, la liste est longue.

Si vous pensez que la chirurgie réglera vos problèmes émotionnels liés à la nourriture, que le parcours est simple et que tous les chirurgiens acceptent de le faire, vous faites une grossière erreur, vous courez droit à l’échec et la chirurgie ne vous apportera rien sauf de vous faire charcuter inutilement. Je ne conseille à personne de faire de la chirurgie bariatrique, mais je vous conseille d’aller voir un médecin ainsi qu’un psychologue, si vous sentez que quelque chose ne va pas, autant sur le plan physique que psychologique parce que ça commence par là. Bien heureusement, tout le monde ne doit pas passer par la chirurgie, mais parfois ça fait partie des options qui peuvent vous sauver la vie.

J’ai souhaité être transparente avec vous, qui me lisez et me suivez depuis plus de 2 ans maintenant car je ne compte pas me cacher. Vous aller me voir, changer, évoluer et il me semblait normal que vous sachiez pourquoi. Ça va être un nouveau parcours d’acceptation de mon image et j’espère que j’y arriverais. Pour celles qui s’interrogent, souhaitent avoir des conseils ou veulent juste partager leur histoire, n’hésitez pas à laisser un commentaire et exprimez-vous !

J’ai la chance d’être accompagné par l’un des meilleurs professeurs sur la question de l’obésité, un professionnel pour qui j’ai un profond respect et qui m’a beaucoup appris et le seul qui m’a dit : « ce n’est qu’une étape, le plus dur, c’est après. Ça comporte des risques minimes, mais qui existe. Bien que ce soit une méthode efficace et le meilleur traitement contre l’obésité à ce-jour, ce n’est pas la seule et vous avez le droit de changer d’avis, même si c’est la veille de l’opération. Réfléchissez ! « .

Merci à ma famille, pour leur soutien, pour avoir fait l’effort de se remettre en question. Merci aussi à mes amis qui sont absolument merveilleux. Ils m’ont dit ce qu’ils en pensaient, leurs doutes, leurs réticences, leur présence au quotidien. Malgré le fait qu’ils ne soient pas toujours en accord avec moi, ils ont décidé de me soutenir, d’être là pour moi et c’est précieux.

Aujourd’hui, je pèse 117 kg pour 1m67 et je ne suis pas en bonne santé … être obèse, ce n’est pas la même chose qu’être ronde même si nombreuses sont celles qui aiment jouer sur la nuance. Il n’y a pas de recette miracle, mais sachez que quel que soit votre objectif (acceptation de soi, perte de poids, les deux), vous n’y arriverez pas sans faire un travail de fond sur vous et votre histoire.

Je ne cherche pas à être « bonne » ou plus belle, car je le suis déjà et j’en suis persuadé (sans prétention aucune les amis bien sûr haha) mais je veux vivre dans de bonnes conditions. Je ne reviendrais plus sur le sujet, hormis pour faire part de mon expérience et échanger des difficultés comme des bienfaits de tout ça, rien ne changera sur le blog. Merci à celles, et ceux qui auront lu l’article jusqu’au bout !

Author

Nathalie Njikam est la créatrice du blog Crazy Soprane depuis 2014. Elle y publie régulièrement ses looks, ses conseils de style et morphologie, ses découvertes beauté, ses récits de voyage et bonnes adresses à Paris. Mais ici, on parle aussi body positive, bien-être, santé et estime de soi, mon crédo: "la différence est un cadeau" .

40 Comments

  1. Bonjour Nathalie,

    C’est avec un peu d’émotion et un sourire aux lèvres que je suis tombée sur ton blog et notamment sur cet article. En effet je faisais des recherches sur la sleeve comme souvent depuis ces 4 derniers mois et j’ai atterri ici. J’ai d’abord accroché parce que j’ai beaucoup aimé ta plume et ta façon de raconter ta sleeve sans en faire « Le seul événement qui caractérise ta vie ».
    En fait j’ai commencé ma lecture par tes petits bilans post op sans prendre le temps de lire ton petit historique sur ta prise de poids.
    Aujourd’hui j’ai lu cet article sur le cheminement qui t’as amené vers cette opération et c’est en découvrant ton parcours sportif, puis ton métier d’ ASS que je me suis dis :  » Je connais cette fille!! » En effet nos chemins ce sont croisés en Novembre 2014 lors de ta prise de poste étant donné que j’étais la personne que tu allais remplacer.
    Je te félicite et te remercie de nous avoir livré ton expérience avec autant d’authenticité.
    Je me reconnais tellement dans les questions que tu te posais sur ta façon d’appréhender ce nouveau corps alors que tu avais appris à faire de tes formes un réel atout; il m’arrive de craindre de perdre trop de poids, de ne plus me reconnaître étant donné que je n’ai jamais été mince…
    En tout cas j’applaudis ton parcours et surtout je te félicite pour ton petit bonheur à venir…. Ce petit bout pourra être fière d’avoir une mère qui se donne visiblement les moyens d’atteindre tous les objectifs qu’elle s’est fixé.

    • Difficile de trouver les mots pour te répondre mais en tout cas, je suis clairement touchée par ton mot. Vraiment … <3

  2. *Agathe*
    La première fois que j’avais lu cet article, j’ai été émue. Aujourd’hui, je le suis encore plus avec le recul et au vu du chemin que tu as parcouru… Juste bravo et reste fière de toi !

  3. J’ai tout lu, et je suis admirative.
    J’ai vu un chirurgien hier qui me préconise une sleeve. Je vais commencer tous les RV et examens.
    Il y a de grandes chances pour que je vous recontacte, pour apaiser mes angoisses.
    Merci pour ce témoignage

  4. C’est tout à fait juste qu’il faut régler ses problèmes pour pouvoir maigrir une phrase qui m’à fait un bien fou: c’est parce que tu n’oses pas prendre ta place en tant que femme dans la vie (toujours au service des autres à s’effacer soi même) que tu la prends physiquement. J’y ai longtemps réfléchi et pour moi c »est tout à fait le cas. J’ai commencé la chromothérapie et ça aide bien à tout rééquilibrer.

  5. Ma belle,

    J’ai enfin pris le temps de lire ton article attentivement.
    Je me reconnais dans certains passages, notamment quand tu te disais que tu perdrais seule, que tu ne t’abaisserais pas à être opérée.
    Je pensais un peu pareil, mais surtout je ne pensais pas être assez « grosse » pour en bénéficier.
    Il faut dire ce qui est : l’égo en prend un coup.
    Personnelement, je pense que tu as fait le bon choix car tu le fais pour les bonnes raisons, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.
    Le Professeur est le meilleur, tu verras à quel point tu seras heureuse au réveil.
    Tu es jeune, belle, intelligente, entourée et aimée, ça ne peut que bien se passer et on sera là pour te soutenir encore et encore.
    Hésite surtout pas si tu as les moindres questions.
    Je suis heureuse pour toi & fière de toi <3

    • Nathalie Reply

      Totalement d’accord sur le côté « pas assez grosse », c’est une vrai claque dans la tronche ! Je sais pas comment te remercier pour ton soutien et ta présence à mes côtés durant tour ce processus. Je ne pensais pas tomber sur quelqu’un comme toi. La pépite de cette histoire 🙂

  6. un article très touchant et une force de caractère qui force l’admiration. Soyez fière de vous. vous êtes magnifique. Bon courage et bonne chance pour les épreuves à venir

    • Nathalie Reply

      Merci beaucoup. Si mon état de santé peut s’améliorer, ça ne pourra que être mieux.

    • Nathalie Reply

      Merci beaucoup, je serais très honnête sur les suites mais j’espère que tout ira bien. Merci pour ton commentaire.

  7. Je n’ai pas de mots après ce témoignage bouleversant… je me reconnais dans certaines émotions que tu décris avec une justesse extraordinaire, sans pathos, juste la vérité telle que tu la sentie. J’espère surtout que tu vas aller mieux, c’est là l’essentiel <3 gros bisous

  8. Bonjour Nathalie
    J’ai fais ce choix il y a 4 ans et aujourd’hui je vais bien surtout ds ma tête. Je peux enfin vivre et faire des choses simples sans être essoufflé ou demander l’aide des autres. Ce n’est pas tjrs bien accepter au début mais après les résultats sont là. Fonce et n’écoute que toi.
    Bonne route vers un nouveau toi

    • Nathalie Reply

      Merci beaucoup, et je compte bien le faire, j’ai passé trop de temps à me soucier de ce que les gens pensait et maintenant que j’ai dépassé ça, je compte bien faire tout ce qu’il faut pour aller mieux. Si tu me le permets, je n’hésiterais pas à revenir vers toi pour des petits conseils 🙂

  9. Je t’ai lue en entier et c’est très touchant. Le poids et moi c’est compliqué…. plus d’années de régime que d’année à vivre sans prise de tête.
    Bravo pour ta décision qui est réfléchie et c’est le point le plus important !
    Bon courage pour cette épreuve .
    Je suis de tout coeur avec toi 😉

  10. Aurelie Lili Reply

    Bravo à toi pour ce très bel article, je te souhaite beaucoup de courage. J’espère que les étapes par lesquelles tu passeras t’apporteront tout le bien être que tu mérites et surtout garde ta joie de vivre car franchement tu me fais régulièrement sourire avec tes snaps.
    Gros gros bisou

    • Nathalie Reply

      Merci ma jolie, je ne compte pas changer 🙂 Merci pour ton soutien

  11. lyonnewestindies Reply

    Super article ! moi, je suis en obésité morbide, au début, j’acceptais les rondeurs, car je sais les mettre en valeur et un jour la maladie est venu me dire coucou donc j’ai vu un premier médecin pour la chir bariatrique. Bon feeling, mais par la suite, j’ai voulu voir un deuxième et lui a compris le pourquoi du comment. Comme je dis, je ne veux pas perdre du poids pour être mince ou faire la belle, mais juste pour moins souffrir tous les jours, car je suis atteinte de fibromyalgie, une maladie sournoise et compliquée qui a déclenché plein d’autres symptômes malheureusement. Donc il faut croire en soi, s’accepter oui, mais si la chirurgie peut aider pourquoi pas. Je parle pour ma part, car je sais que beaucoup de gens n’aime pas ce procédé, mais il ne fait pas tous : 99 % de vous et 9% de médecine. Mais le plus beau, c’est de vous accepter, vous, n’écoutez pas de que les gens pensent de négatif, mais vous, c’est l’essentiel, ton histoire est super et te livrer pas facile donc bravo.

    • Nathalie Reply

      Je suis aussi en obésité morbide donc je comprends totalement ce que tu dis. Et je pense que le blog montre bien que j’adore la mode et que je sais parfaitement me mettre en valeur. Je me sens belle et ce n’est pas grâce à un régime, au sport ou je ne sais quoi que j’aie réussi à m’aimer. Aucune chirurgie ne peut aider quelqu’un qui ne s’aime pas. Ce que tu évoques est compréhensible, je n’ai pas ta maladie, mais d’autres petites saloperies qui cumulées sont devenues très difficiles à gérer au quotidien. Mon rêve, ce n’est pas d’être mince, je ne l’ai jamais été et je ne cherche pas à le devenir, mais le but, c’est d’être en meilleure santé et au vu de ton témoignage, je ne t’apprends rien 😉 ! Merci pour ton petit mot et d’avoir partagé ton sentiment.

  12. Bravo! Une amie a également choisie la chirurgie, elle par l’anneau gastrique. Je pense sincèrement que ça a changé sa vie! Surtout car elle se sent maîtresse de son corps. Plus en contrôle d’elle-même…elle se sent moins enfermés par son poids …bonne chance Nathalie!

  13. J’en apprends beaucoup sur toi d’un coup ! Bravo pour ton courage car ce parcours à été difficile et pour le courage de se livrer ! Je sais qu’au final on se connaît peu, mais je te soutiens et je suis là si besoin !
    Take care

    • Nathalie Reply

      Thanks ma poulette ! Ben oui, tu sais, même parmi les gens qui me connaissent depuis très longtemps, certains vont avoir des surprises en lisant ce post et autant montrer aux autres que je les aimes est naturel et évident pour moi, quitte à en faire trop, autant parler de moi et être sincère sur ce qui me touche m’est extrêmement difficile mais parfois, il faut le faire. Merci en tout cas copine <3

  14. lady heavenly Reply

    Un très bel article ♥ Merci pour ce beau partage ma belle ♥

  15. J’ai tout lu ! Et je te trouve courageuse de te livrer ainsi, ça ne doit pas être facile. Et c’est courageux aussi de prendre cette décision. Je te souhaite donc que ça t’apporte les résultats souhaités et une vie encore meilleure et plein de nouveaux projets !

  16. j’ai adoré ta franchisse et ton histoire merci de la partager avec nous, courage pour la suite … belle soirée à toi jolie

    • Nathalie Reply

      C’est adorable 🙂 espérons oui que ça me permette de ne plus m’inquiéter pour ma santé !

Hâte de lire votre avis