Designers africains : qu’avons-nous penser de ce concept store qui leur est dédié ?

Le 20 mars dernier, la rédaction était invitée à l’ouverture du premier pop-up store HAPYFACE au 4, rue Pastourelle dans le 3e arrondissement de Paris. Une invitation qui nous a ravis et que l’on avait hâte d’honorer. Hapyface est un concept-store, dédié aux designers africains et afropolitains. Nous avons pu découvrir en exclusivité, la nouvelle collection Printemps-Été 2015/2016. L’occasion de découvrir un lieu inédit à Paris dédié à la mode afropolitaine et en présence de tous les créateurs, à savoir : Ubuntou, Elie Kuamé, Taibo Bacar, Ayinkeshet, Miaw, Kitoko Mwc et De La SebureOn March 20, the editors were invited to the opening of the first pop-up store HAPYFACE at 4, rue Pastourelle in the 3rd arrondissement of Paris. An invitation that delighted us and we could not wait to meet. Hapyface is a concept store dedicated to African designers. We could discover in exclusivity, the new SS 2015/2016 collection. The opportunity to discover a unique place in Paris dedicated to afro fashion and in the presence of all creators, namely: Ubuntou Elie Kuamé, Taibo Bacar Ayinkeshet, Miaw, Kitoko Mwc and De La Sebure. They were able to explain their creative process and the spirit of their new collection.

Nous avons été accueillies par toute l’équipe et notamment par Suzanne Magné Atangana, la créatrice du concept store. Elle nous a expliqué sa démarche qui nous a tout de suite parlé. Elle ne travaille pas du tout dans la mode à l’origine, du moins elle n’est pas créatrice, mais elle aime la mode, elle aime s’habiller, elle aime le processus créatif, elle aime tout ce qu’il y a derrière, le côté un peu plus technique. Elle s’intéressait aux créateurs, à leur univers et force est de constater que les distributeurs de créateurs africains en Europe, ne sont pas monnaie courante, voir inexistants. Frustrée de voir autant de talents, qui ne sont pas mis en avant, elle a décidé de créer Hapyface. On a aimé sa passion à nous raconter tout ça, on a aimé sa réflexion et on salue la démarche. Pour ma part, je m’intéresse depuis toujours aux créateurs afro mais pas évident de les trouver, surtout en France. She explained his approach that right after we talked. She doesn’t work at all in fashion, at least it’s not creative, but she loves fashion, she likes to dress, she loves the creative process, she loves everything he has to behind the slightly more technical side. She was interested to the designers, their world and it’s clear that distributors of African designers in Europe, are inexistent. Frustrated to see so many talents, which are not highlighted, she decided to create Hapyface. We liked his passion to tell us all that, we loved his reflection and welcomes the approach. For my part, I am interested always creators afro but not easy to find, especially in France.

Il n’y a pas de mode africaine, ce serait un peu réducteur, mais il y a bien des designers africains qui s’inspirent de leurs origines pour créer et c’est en ça que leur travail est différent et remarquable. Pourquoi j’ai adoré ces créations ? Parce que l’esprit ou bien la touche africaine, n’est pas représenté par le wax uniquement. Fatiguée de voir nos influences mode réduites au boubou et au pagne. Le wax n’est pas représentatif du style « africain » et nous ne sommes pas moins africaines parce qu’on a rien en wax dans notre penderie. On a vu des créations avec une identité propre, un côté rock chez Kitoko, un esprit streetwear chez Ubuntou, des pièces très structurées avec le travail du néoprène chez Taibobacar et une avalanche de sensualité chez Elie Kuame. We were welcomed by the whole team and especially by Suzanne Magne Atangana, creative concept store. There are no African fashion, it would be a bit simplistic, but there are many African designers who are inspired to create their origins and that is why their work is different and remarkable. Why I loved these creations? Because the mind or the African touch, is not represented by the wax only. Tired of seeing our small fashion influences robe and loincloth. The wax isn’t representative of the « African » style and we are not least because African wax is nothing in our wardrobe. These creations really had an identity, a rock next to Kitoko, a streetwear spirit in Ubuntou, highly structured pieces with the work of neoprene in Taibobacar and sensuality to spare with Elie Kuame.

Pour ma part, je suis Camerounaise, et ce que m’a appris avant tout mon éducation africaine et mes origines, c’est l’amour du vêtement, la fierté de le porter, la mode comme une religion et bien qu’aujourd’hui, ma mère par exemple, porte du wax assez rarement finalement, c’est la femme la plus africaine, classe et élégante que je connaisse. J’ai eu un véritable coup de cœur pour le créateur Elie Kuame, ce créateur libano-ivoirien, sait de toute évidence habiller une femme, la femme, avec des formes et des courbes. Ce n’est pas la première fois que j’assiste à des press day, mais c’est la première fois que je peux rentrer dans les créations (c’est vous dire). J’ai hâte de me procurer cette merveille. Seul petit bémol, le pop-up store n’était ouvert que jusqu’au 26 mars, mais je suis sûr que cela se renouvellera et vous pourrez bientôt retrouver toute la nouvelle collection sur la boutique en ligne. For my part, I am Cameroonian and that taught me above all my education and my African origins, is the love of the garment, proud to wear, fashion as a religion. My mother, for example wear wax quite rarely,but it’s the more African woman, classy and elegant I know. I had a real heart for the creator Elie Kuame This Lebanese-Ivorian creator obviously knows dress a woman, the woman, with shapes and curves. This is not the first time that I attend press day, but this is the first time that I can go in the creations (that’s you). Can not wait to get this wonder. Only small downside, the pop-up store was only open until March 26, but I’m sure it will be renewed and you’ll soon find all the new collection on the online store.

Boutique en ligneINSTAGRAM – TWITTERFACEBOOK

 

Author

Nathalie Njikam est la créatrice du blog Crazy Soprane depuis 2014. Elle y publie régulièrement ses looks, ses conseils de style et morphologie, ses découvertes beauté, ses récits de voyage et bonnes adresses à Paris. Mais ici, on parle aussi body positive, bien-être, santé et estime de soi, mon crédo: "la différence est un cadeau" .

Hâte de lire votre avis