Category

Développement personnel

Category

Qu'on se le dise, une rupture amoureuse peut être traumatisante, ça fait mal et c'est généralement suivi d'un chemin douloureux vers la reconstruction. Chaque rupture est différente et propre à chaque histoire d'amour, mais quelle que soit la manière, ça reste généralement, une étape de la vie difficile à surmonter.

Comment gérer cette période de transition ? Comment survivre à cette période difficile ? Je vais m'appuyer sur la rupture qui a marqué ma vie et pas mal influencé la femme que je suis devenue, pour pouvoir vous aider à mon tour.

Je remercie Matthieu pour ces clichés, merci d'avoir compris mon état d'esprit en quelques mots et d'avoir mis ton talent au service du blog. N'hésitez pas à faire appel à lui, si vous êtes à la recherche d'un photographe de mariage ou pour un événement particulier.

Crédits Photos © LALANNE PHOTOGRAPHY

Comment survivre à une rupture amoureuse ?

La relation que je prends pour exemple à durer 4 ans et demi. Tout a toujours été facile et évident entre nous, puisque avant d'être un couple, nous étions de proches amis, on se connaissait donc très bien.

Réagir à la rupture ?

Quelque temps avant la rupture, il n'était plus le même, j'ai mis ça sur le compte du stress puisqu'il m'avait demandé en mariage quelques mois avant et était en période d'examen. Je n'imaginais pas du tout (ou je ne voulais pas imaginer) qu'une séparation était possible et un jour, la foudre vous tombe dessus : c'est violent, inattendu, c'est fini.

Peu importe les raisons et la façon dont on nous l'a annoncé, on a mal et la souffrance semble insurmontable. Peut-être qu'on s'y attendait (ou pas) mais ça ne change rien. Au fond, on ne comprend pas et le chagrin occupe tout notre esprit, on se dit que cette douleur ne disparaîtra jamais.

La bonne réaction ?

Lors de cette annonce, qui s'est faite avec beaucoup de violence verbale de sa part, j'ai eu une réaction très sobre et orgueilleuse. Je lui ai simplement demandé "Tu es sûr ? "...

En entendant son "Oui, c'est fini, dégage !", j'ai tourné les talons sans un mot, parcouru quelques mètres dans la rue en titubant, ai tenté d'appeler une amie puis me suis évanouie sur le trottoir.

Il n'existe pas de manière idéale de réagir, mais à mon humble avis, il vaut mieux éviter les esclandres et autres scandales du genre, pour une raison simple : votre ego. Il ne changera pas d'avis, même en voyant vos larmes et vous allez juste finir épuisée émotionnellement et frustrée.

Conseils

Chercher une oreille : on évite bien sur les personnes qui vont vous sortir une réflexion en mode psychologie de base. On veut de l'écoute et de la bienveillance.

Encaisser : le déni est là et c'est normal, mais tenez-bon. Reconnaissez votre tristesse, laissez éclater votre colère, pleurez, mais ne l'appelez pas et n'essayez pas de le convaincre qu'il a fait une erreur, on accepte la situation.

Soyez indulgente avec vous-même : n'essayez pas de faire comme si de rien n'était, vous souffrez et c'est normal. Vous ne voulez pas sourire, vous n'arrivez pas à vous lever, impossible de sortir de chez vous ? Assimilez-le, vivez-le et ça finira par passer.

Comment survivre à une rupture amoureuse ?

Reprendre le dessus

Fragilité BONJOUR ! Clairement, les premiers jours, chaque matin, je m'étonnais d'être encore en vie, tellement la douleur me semblait insurmontable. Pour être honnête, chaque jour, j'espérais me réveiller dans une réalité différente, où il était toujours là, à mes côtés.

Puis la réalité de la rupture s'impose à nous, et même si le choc est passé, la souffrance est bien présente et il y a désormais la culpabilité qui se mêle à la haine. Il va falloir, avancer et guérir, mais comment on fait ?

Conseils

Vider vos pensées : il faut éviter de vous torturer l'esprit. S'investir dans une activité sportive, partir en voyage, en parler, bref faites tout ce qui peut vous faire du bien. Pour ma part, je me suis énormément investie dans mes études et j'ai commencé à mûrir la création du blog. J'avais besoin de donner un nouveau sens à mon quotidien.

Ne pas chercher à comprendre : il ne vous donnera pas forcément les raisons et cette question restera peut-être à jamais sans réponse. Bien qu'une explication avec lui puisse vous faire du bien et est parfois nécessaire, ne vous attendez pas à des miracles.

Soigner votre estime de vous : il va falloir restaurer son ego et son amour-propre, alors pensez à vous, prenez le temps de vous retrouver. Un moment de détente ou pourquoi pas une consultation chez un psychologue, aucune solution n'est ridicule, on ne sort pas indemne d'une rupture.

Comment survivre à une rupture amoureuse ?

Allez, on avance !

Apprendre à être seule : ça ne fait pas de mal, même lorsque l'on est en couple, il faut se garder des moments à soi. Être seule, n'est pas un échec bien que ça puisse être dur à vivre à la longue. La solitude, on s'y habitue et parfois même, on l'apprécie.

Personnellement, ça m'a permis d'être égoïste, de m'accorder du temps, de m'investir dans des projets personnels et les développer et d'exister à travers moi et mes réussites pas à travers l'homme qui partage ma vie. J'ai aussi beaucoup appris sur moi, sur ce que je voulais, et ce que je ne voulais plus.

Faire son deuil : il faut être deux pour qu'une relation fonctionne ou foire. Ne vous accablez pas, une rupture ça arrive (même plusieurs fois dans une vie alors accrochez-vous). La culpabilité ne fera que dégrader l'image que vous avez de vous-même et vous ne le méritez pas.

STAY OPEN : faites de la place pour une nouvelle rencontre. Après tout, ce n'est pas parce que vous êtes célibataire que votre vie s'arrête. Le mec-pansement, clairement ce n'est pas la solution idéale alors prenez le temps de guérir, d'être prête pour ne pas vivre une nouvelle déception, qui aussi ridicule soit-elle, pourrait vous enfoncer plus qu'autre chose.

Comment survivre à une rupture amoureuse ?

“Les ruptures ont ça de bon qu'on redevient soi-même.” Geneviève Letarte

Sachez qu'une rupture ne fait pas de vous une merde, ce n'est pas une défaite personnelle, c'est la vie. Être célibataire ce n'est pas grave et l'amour n'est pas une norme, c'est un bonus dans la vie, un cadeau qu'il faut être prêt à recevoir pour le vivre sereinement.

Personnellement, cette rupture m'a brisée, a complètement changé ma vision des relations amoureuses et ma confiance dans les hommes. Ne parlons même pas de mon estime de moi qui s'est transformé en autoflagellation durant des années.

Il m'a fallu plusieurs années pour comprendre que je n'étais pas la source de tous les maux, qu'il n'y avait pas forcément d'explications et que je méritais d'être aimé et arriverais à aimer de nouveau, mais cela m'a aussi apporté du positif (difficile à croire, mais oui).

Ça m'a permis de faire des changements radicaux et d'enfin commencer à me réaliser personnellement. Après cette histoire, j'ai compris que la réussite de ma vie et mon épanouissement personnel ne devaient pas dépendre d'un homme.

J'ai commencé à voyager, j'ai créé le blog, je me suis lancé en freelance, j'ai déménagé, fais une thérapie, pris soin de ma santé. Vous êtes la seule artisane de votre bonheur et un jour un partenaire viendra sublimez tout cela, si vous êtes prête. Décidez, d'être heureuse ! 

Comment survivre à une rupture amoureuse ?
Comment survivre à une rupture amoureuse ?
Comment survivre à une rupture amoureuse ?

Le manque de temps ! L'ennemi public numéro 1 lorsque l'on veut prendre du temps pour soi. On est littéralement envahie par le manque de temps mais il va falloir en trouver les amis.

Le travail, le stress, la famille, les amis, les responsabilités, on s'y perd corps et âme mais il nous faut parfois prendre du recul et s'accorder des moments d’égoïsme.

Femme, mère, amie, sœur, petite amie, working woman, l'équilibre est parfois difficile à trouver mais on est des femmes, on peut le gérer en nous autorisant des instants de calme. Comment être au top, si on ne pense pas à nous?

Comment profiter de son temps libre et prendre du temps pour soi

Prendre du temps pour soi : petite routine

Tous préoccupés que nous sommes par nos conjoints, enfants, parents, amis, collègues, nous nous oublions parfois nous-mêmes, et finissons par croire que nous n’existons que dans la relation aux autres. Glandouiller, regarder un film, lire, se faire des soins, éteindre son téléphone, écouter de la musique, on peut imaginer différentes manières de se détendre.

Se mettre dans l'ambiance

C'est tout en contexte de se mettre bien et ce que j'adore faire, c'est allumer des bougies. J'ai besoin que ça sente bon chez moi, que ce soit chaleureux. Préparation de mon thé préféré, le Lov Organic fruits rouges, je me cale confortablement sous mon plaid et je mets une playlist de Jazz. Le dernier album que j'ai écouté, c'est celui de la bande son du film Lalaland, je ne vous raconte pas le bien que ça fait ... Plusieurs heures juste à profiter de ce moment suspendu de bien-être.

Lire

La lecture est assez reposante et depuis quelque temps, j'ai du mal à finir un ouvrage en entier, mais c'est ma mission du moment. J'adore ça et on fait de jolies découvertes parfois ! Il y a peu, je suis allé à la Fnac et j'ai fait une razzia en choisissant les livres qui m'attiraient juste au titre. En ce moment, je suis sur Délivrances de Toni Morisson celui-là, et vous que lisez-vous ?

Allumer son écran

En grande cinéphile, c'est vraiment quelque chose que j'adore faire, je peux regarder deux voir trois films dans la même journée. Quand, je suis off, des films cool, léger, divertissant et qui ne font pas trop travailler les neurones sont parfaits. Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu, Les Tuches, Juno, Crazy Stupid Love, vous avez un large choix.

Instant beauté

On éteint le téléphone, on sort le pyjama, le gros pull, et bonjour les gommages et masques ! Accompagnez d'un bon chocolat chaud et d'un goûter sucré, pas si compliqué, vous voyez. Je vous conseille les masques unidoses de chez Hema, pas plus de 2€, agréables et efficaces.

Crédits Photos © GAELLE PHOTOGRAPHIE

Comment profiter de son temps libre et prendre du temps pour soi
Comment profiter de son temps libre et prendre du temps pour soi
Comment profiter de son temps libre et prendre du temps pour soi
Comment profiter de son temps libre et prendre du temps pour soi

Si vous avez un caractère similaire au mien, votre bonheur, votre bien-être a souvent dépendu des autres : de votre famille, de vos amis, de votre compagnon, vos réussites et bien sûr quand vous faites larguer, qu'un ami vous trahi ou que vous ratez quelque chose, votre monde s'écroule.

Et si on changeait un peu cela et qu'on devenait notre propre meilleure amie ? Si on faisait de notre bonheur, une priorité sans rien attendre des autres ? S'il y a bien des choses que j'ai apprises en 27 ans, c'est qu'on est jamais mieux servi que par soi-même, que personne ne prendra soin de nous si on ne le fait pas et qu'il ne faut rien attendre des autres.

Aucune résolution pour 2017, mais cette envie de me détacher un peu des autres, d'être égoïste et de cesser d'attendre des gens ce que je peux m'apporter à moi-même, toute seule. Voilà quelques petites choses que j'applique déjà au quotidien où que je compte mettre en place, pour être plus heureuse, seule.

Crédits Photos © THE LIBRARIAN CHIC

Conseils pour être plus heureuse dans la vie
Conseils pour être plus heureuse dans la vie

On lance la happyness therapy

Etre moins naïve

Mon plus grand défaut ! J'ai tendance à croire à peu près tout ce qu'on me dit dès lors que ça ressemble à un compliment. On a tellement envie d'entendre des belles paroles sur soi qu'on en oublie de faire le tri entre la sincérité et le reste. Malheureusement, ça m'a joué des tours plus d'une fois. Je vais donc essayer de croire en moi et de me complimenter moi-même avant d'attendre que cela vienne de quelqu'un d'autre.

Prendre du temps pour soi

C'est la chose plus difficile à faire en ce qui me concerne. J'ai l'impression que ça me fait perdre du temps alors qu'en réalité, si je m'occupais un peu plus de moi, je serais sans doute plus efficace dans pas mal de situations. Et puis surtout, je n'aime pas faire les choses seules, je préfère partager des moments avec les personnes que j'apprécie. Il nous faut pourtant apprendre à ne se préoccuper que de soi, et à apprécier ces moments. Cette attention que j'accorde constamment aux gens que j'aime, je vais essayer de la rediriger un peu plus sur moi et d'en profiter.

Apprendre à se connaitre

Un travail de longue haleine et qui je crois se fait un peu tout au long de notre vie. On doit apprendre à se connaître vraiment, sous toutes les coutures, mais surtout, on doit apprendre à s'apprécier. On apprécie bien les gens qu'on aime pour leurs qualités et leurs défauts, pourquoi on ne ferait pas la même chose envers nous-même ? On doit apprendre à aimer et respecter qui on est pour pouvoir se sentir bien, toute seule.

Vivre ses propres expériences

J'essaie de le faire depuis quelques années. J'apprends à vivre seule, à avoir des projets, à me lancer des challenges, à vivre des expériences juste pour moi. Ça développe l'indépendance et l'autosuffisance, mais surtout ça m'a permis de me valoriser. Il y a beaucoup de choses que je n'aurais pas faites ou tenter sans cela, je trouve que c'est encourageant et gratifiant.

Alors, on s'y met ?

La confiance en soi, un vaste sujet, régulièrement abordé ici mais sur lequel je ne me suis jamais clairement exprimé pour ma propre personne. Se sentir bien dans sa peau, se faire confiance et avoir une bonne estime de soi, sont des sentiments très variables d'une personne à une autre.

Certains en débordent mais pour d'autre, ça manque cruellement, et dans les deux cas, cela s'explique par plein de raisons. On aimerait pouvoir tout maîtriser mais malheureusement, ce trait de caractère fait partie des qualités qui ne sont pas du tout inné et chez personne.

Mes astuces pour la confiance en soi

Comme je l'expliquais dans cet article,suite à des événements douloureux et des comportements malveillants de la part d'autrui, j'ai eu des périodes difficiles et des étapes qui ont ruiné ma confiance en moi .

Aujourd'hui je ne dirais pas que je déborde d'assurance mais j'ai appris à m'aimer et à me rendre compte que j'ai de la valeur, que je suis intelligente et que ce que j'ai à dire vaut la peine d'être entendu.

C'est comme tout, y'a des périodes où on est à fond, d'autres où clairement on se dit qu'on est totalement idiote mais il y a des domaines, où je sais que j'ai une expertise et je me suis appuyé sur ses expériences pour réaliser les autres, et un de si de suite. Mais comme je le disais plus haut, ça vacille, c'est fragile et donc ça se soigne, se construit, s'entretient et on peut toujours l'améliorer.

comment entretenir sa confiance en soi
comment entretenir sa confiance en soi
comment entretenir sa confiance en soi
comment entretenir sa confiance en soi
comment entretenir sa confiance en soi
comment entretenir sa confiance en soi

Un nouveau matin, un nouveau jour. Il faut vivre, pas juste exister.

Dans un premier temps, il faut comprendre d'où vient cette absence de confiance. Un complexe physique ? Un manque d'affection ? Une période difficile ? Des relations familiales complexes ? Un cadre professionnel maltraitant ? Les raisons sont multiples.

Si le problème est profond et trop ancré, je ne saurais que trop vous conseiller de faire appel à un psychologue, ça peut être une solution et ce n'est pas une honte. Si ce n'est pas à ce point-là, j'ai quelques conseils pour vous, qui fonctionnent très bien, sur moi. Je n'ai pas la prétention de dire que ça marche à tous les coups et que c'est infaillible, mais ça peut aider.

Tout le monde est différent, mais oui, booster son ego, ça s'apprend. Je me suis dit que j'allais partager avec vous mes petites astuces et j'espère que ça pourra inspirer ou aider certaines et certains d'entre vous.

Active-toi

Le sport m'a énormément aidé à ça, surtout le sport collectif. Faire partie d'un ensemble, compter, c'est important. On dépend les uns des autres et il faut pouvoir se fixer des objectifs et progresser. Le sport-étude a clairement construit la personne que je suis aujourd'hui, mais sans aller jusque-là, vous dépenser, vous dépasser et voir vos progrès va vous aidez à croire en vous.

L'amitié

Être apprécié à sa juste valeur et se sentir entier et vous-même avec des personnes qui vous apprécient, ça fait tellement de bien à l'ego. Se sentir entouré, digne d'intérêt, c'est ce que m'apportent mes amis. Ils sont peu nombreux mais chacun d'entre eux, à leur manière, ont changé ma vie et m'aide régulièrement à avancer et à prendre de la distance.

Se fixer de nouveau projets et objectifs

Ne restez pas sur un échec, oser et écouter votre cœur. Si vous ne tentez rien, vous aller rester avec cette frustration et vous dire que vous n'étiez pas capable de réaliser votre envie.

C'est ce que j'ai fait avec ma formation de styliste, mon blog, mon opération, me lancer dans l'auto-entrepreneuriat, me lancer dans une relation amoureuse bancale, mais qui même si s'est terminé, était belle. Tout n'a pas fonctionné, mais j'ai foncé.

S'accepter et s'aimer

Plus facile à dire qu'à faire je sais bien, mais ça vient avec le temps et tout ce que je vous ai dit plus haut y contribue largement.

Arrêter de vous laisser pigeonner, dites non

J'avais le sentiment que pour qu'on me fasse confiance et m'aime, je devais tout accepter et ça a donné lieu à des moments de souffrance et mal-être particulièrement intense. Vous avez une voix, un avis, qui doit être respecté.

La négation ne fait pas de vous quelqu'un de mauvais. Au contraire, il faut s'affirmer, petit à petit. Mettez la barre en peu plus haut à chaque fois, soyez exigeant et vous verrez que les autres porteront un regard différent sur vous.

N'attendez pas des autres qu'ils vous élèvent, ce n'est pas dans leur regard que vous aurez confiance en vous mais bien dans chaque acte, que vous poserez au quotidien.

S'écouter

Le retour au naturel, c'est un peu la tendance du moment. Chacun cherche sa voie en son fort intérieur et finalement se retrouve dans ce qu'il y a de plus simple et vrai.

Il y a quelque temps, Alicia Keys, expliquait que pour elle, le maquillage, c'était terminé.  Aujourd'hui âgée de 35 ans, l'artiste revient sur sa quête de la beauté et les raisons qui l'ont amenés à adopté ce mouvement.

Désormais sans maquillage sur ses pochettes, dans ses clips et lors de ses apparitions publiques, elle a fait le choix d’apparaître partout sans artifices avec l'espoir de faire changer les mentalités.

Alicia Keys fait partie des personnalités et femmes qui m'inspirent depuis des années. Sa prise de position est un acte fort et se trouve être applicable à de nombreux domaines : sa vie personnelle, professionnelle, son état d'esprit, ses projets.

Sur Instagram, elle a écrit : "Je ne veux plus me couvrir à nouveau. Ni mon visage, ni mon esprit, ni mon âme, ni mes pensées, ni mes rêves, ni mes combats, ni mon essor émotionnel. Rien" .

Crédits photos et direction artistique © Camille Mougeolle

Évoluer

J'ai fait ce petit chemin moi aussi et je me rends compte que j'ai changé. Je suis différente de celle que j'étais hier et c'est une bonne chose. Il faut se remettre en question, s'interroger, évoluer. Je veux plus, je suis ambitieuse pour tous les aspects de ma vie.

Il y a un an déjà, je changeais tout, mon blog ne correspondait pas à ce que j'avais en tête, à qui j'étais à cette période de ma vie. Vous avez été très réceptif et beaucoup plus nombreux à être présents et fidèles.

Aujourd'hui, une nouvelle fois, je remets tout en question. Je suis pleine d'idées, de projets, d'envies pour pleins de choses dans ma vie. J'ai faim, de bonheur, d'accomplissement, de joies et de rires, de combats, je suis prête.

Je reviens à des choses plus créatives, à des passions que je n'ai jamais réussi à transposer ici, je réfléchis à un nouveau format pour le blog, à une nouvelle manière de communiquer avec vous, des choses différentes à vous apporter.

Être naturel, aujourd'hui, ne signifie pas que vous étiez faux avant ou que vous jouiez un rôle, mais simplement que vous vous écoutez, et que vous avez envie d'être fidèle à qui vous êtes à une période de votre vie.

Plus de naturel, plus de moi

C'est ce qu'on a voulu exprimer avec ce shooting un peu spécial. Pas de maquillage, pas de filtres, juste du noir et blanc, juste moi et mes émotions. Pour la première fois, je me pose vraiment pour créer quelque chose qui me fait envie et me ressemble.

J'ai envie de vous proposer des choses plus abouties, c'est pour cette raison que j'ai fait appel, entre autres, à Camille Mougeolle, une jeune femme aux multiples talents, facettes, mais toujours vraie et entière.

Vous allez régulièrement voir son nom par ici, car j'ai décidé de m'entourer de gens compétents dans tout un tas de domaines que je ne maitrise absolument pas. J'espère que vous serez encore avec moi pour cette nouvelle page.

Shooting photo au naturel
Shooting photo au naturel
Shooting photo au naturel
Shooting photo au naturel
Shooting photo au naturel

Hal Elrod l’auteur de « The Miracle Morning », best-seller aux Etats-Unis, affirme que chaque jour, nous devrions nous lever à 5h30 (ce n’est pas une blague malgré ce que je pensais au départ) afin de se recentrer et de nous consacrer plus de temps.

L’idée ? Exploiter le maximum de nos capacités, aussi bien professionnellement que personnellement pour atteindre le meilleur de nous-même. La tendance est donc au lever-tôt, finies les grasses matinées et bonjour méditation, écriture, visualisation, lecture, sport.

Comment ça marche?

Pour commencer, il faut donc changer la manière dont la journée démarre, car cette méthode est accès sur le matin. D’après Hal Elrod, il suffit de se lever plus tôt, de quelques minutes ou quelques heures (en fonction de son rythme de vie) pour changer ses habitudes et se sentir mieux.

Il s’agit également de mettre en place une routine (maximum 2 heures), qui peut s’effectuer chez soi ou  à l’extérieur. Le concept c’est vraiment de prendre son destin en main et de tendre vers une sérénité globale dans tous les domaines de sa vie.

Pour ce faire, Hal Elrod a défini 6 étapes intitulées les Savers : silence, affirmations, visualisation, sport, reading (lecture) et enfin scribing (écriture). J’ai testé tout ça ce matin.

Ma morning routine

Faire le vide et méditer

5h50 : je me réveille, personnellement, il me faut bien 10 min pour émerger, être prête à faire une activité quel qu’elle soit et ne pas être trop grognon.

6h00 : Je suis prête pour ma séance de méditation. Je m’assois confortablement, je me tiens droite, et je mets en route mon application de méditation (calme). Si vous ne pouvez avoir cette application, il vous suffira de faire de même, d’être attentif à votre respiration, d’inspirer avec le ventre, expirer avec le torse et apprécier le calme. Essayer de rester concentré sur sa respiration et ne penser à rien d’autre.

Quels sont les bénéfices ?

On cherche à se réveiller, être ouvert, se sentir en vie .On se sent moins stressé, on gagne en tranquillité d’esprit et on est en condition, paisible pour bien commencer la journée.

Point sur ses objectifs

6h10 : Je prends mon petit carnet et j’écris ? Des mantras, des encouragements et mes objectifs pour la journée, mes pensées, mes ambitions ou une liste de gratitude pour remercier quelqu’un, ou se concentrer sur les aspects de sa vie que l’on trouve positifs. Pendant dix minutes, j’écris et je me représente la personne que je désire devenir, ce qui m’inspire et je me fixe des objectifs sur ma carrière ou ma vie personnelle.

Quels sont les bénéfices ?

C’est mon shoot de motivation quotidien, ça m’aide à me rappeler ce que je veux faire, pourquoi je veux le faire et comment je vais le faire. Mais surtout ça m’aide à avoir confiance, à être déterminée et commencer ma journée en conquérante.

Bouger son corps

6h20 :Un peu de sport, ça ne fait pas de mal. Je déroule mon tapis et je m’y mets. Il n’y a aucune obligation : de dix minutes à une heure trente, du yoga au running, faites ce qui vous fait plaisir. Pour moi, ce matin, ce sera 25 min de renforcement musculaire et 15 min de yoga. Pour faire du sport, je suis le programme de Lucile Woodward, je vais à la salle ou j’utilise l’application Flexter.

coach-sportif-lucile-woodward-programme-sportif

Crédit Photo © Lucile Woodward

Lire

7h00 : Je prends ma douche, puis je m’installe tranquillement pour finir le travail de la veille (en l’occurrence, cet article) tout en savourant mon petit-déjeuner. Je me prépare pour aller au travail et je prends 15 min pour lire (ce matin, c’était les journaux).

 

8h00 : je suis prête, fraîche et dispo pour aller travailler. Direction le métro.

Qu’est-ce que j’en pense ?

Forcé de constater que je me sens hyper bien, je n’ai jamais été aussi productive le matin, j’ai tendance à lézarder et le fait d’être freelance n’arrange pas ce côté-là de moi. Je dors très mal en général donc les réveils sont toujours compliqués, mais là, en me couchant un peu plus tôt la veille, et mise en condition psychologique pour me lever tôt, tout s’est passé comme sur des roulettes.

Moi qui vais parfois au travail, la tête dans le sac, sans rien dans le ventre, je dois avouer que j’ai adoré cette matinée. Je me sens en forme, bien dans ma tête et dans mon corps, sereine pour affronter la journée. Ça ne m’était pas arrivé depuis longtemps.

Clairement, ça m’a fait du bien, je ne peux pas le nier, maintenant, il faut voir si c’est tenable au quotidien, c’est là où je doute un peu. Alors, prêts à vous lever plus tôt pour aller rencontrer la meilleure version de vous-même ?

C’était mon premier jour, je vais tester cette routine durant un mois et je vais vous dire les effets sur mon corps, mon mental, ma productivité. Si vous souhaitez le faire avec moi, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire avec vos impressions sur le blog ou sur Instagram.

Où trouver le livre ?

Sur Amazon ou la Fnac au prix de 16,95 euros .

ma-Miracle-Morning-Routine-avis-thecrazysoprane

Crédit Photo © Le blog de Kat Horrocks

La confiance en soi, ce n’est pas une évidence, ça s’entretient et se nourrit. Un vaste sujet pour cette petite chose qui finalement détermine nombre de nos actes au quotidien. J’ai mis du temps à le comprendre, mais l’estime de soi et la confiance, sont les clés de l’épanouissement et d’une vie avec moins de prise de tête.

Depuis toute petite, je me dévalorise, je ne me suis jamais sentie à la hauteur de mes proches, ainsi que de ma famille. J’ai toujours eu le sentiment d’être moins bien que tout le monde même devant mes succès. J’ai conduit quelques projets à l’échec par manque de confiance et surtout parce que je ne pensais pas le mériter.

À un moment donné, j’ai décidé d’arrêter l’auto-flagellation pour plus de sérénité, j’ose me lancer dans des choses que je n’aurais probablement pas faites avant. Je n’en pouvais plus de ce sentiment de perte de contrôle sur ma vie, j’en avais assez de laisser les autres décider pour moi et d’en faire les frais, marre d’être dépendante de ce que les gens pensaient de moi.

Difficile de prendre du plaisir quand on n’a pas de considération pour soi-même. Nos réussites passent inaperçues et nos échecs sont un drame. Le regard des autres régit notre quotidien, prend de l’importance, on se laisse envahir et en un instant, on devient spectateur de notre vie. J’ai quelques petits conseils à vous donner, qui personnellement m’ont fait du bien et pourrais également vous aider.

Avoir confiance en soi et s’apprécier soi-même

C’est tout bête, mais apprenez à dire non, faites ce qui vous fait plaisir, devenez le leader d’une conversation avec vos amis, prenez position. Des petits exercices au quotidien, qui nécessite de surmonter la crainte du regard des autres, d’aller au-delà de votre timidité et d’acquérir du courage petit à petit. Un courage nécessaire qui vous donnera de nouveau la sensation d’être capable de changer les choses, d’avoir une influence, de compter, mais surtout d’aimer l’image que vous renvoyez et de prendre de l’assurance.

Changer d’attitude envers soi-même

Changer d’attitude vis-à-vis de vous-même, soyez plus indulgent et accordez-vous un peu de bienveillance. Votre comportement envers vous-même conditionne votre confiance en vous. Il n’y a que vous qui pouvez surmonter ça, personne ne le fera à votre à votre place. Si vous êtes trop dur, vous allez vous décourager et avoir l’impression que la barre est trop haute. Si vous vous laissez aller, paresse et procrastination seront vos meilleurs amis. Il faut trouver un juste-milieu qui vous permettra d’être à l’aise avec vous-même.

Tenir la barre

En vous faisant confiance, vous allez voir que dans votre sphère professionnelle comme dans votre cercle privé, l’attitude des autres à votre égard va vite évoluer. Ils vont vous montrer du respect, valorisez votre parole et être plus à l’écoute. Plus vous avez confiance en vous, plus les autres vont vous faire confiance, et plus vous vous sentirez renforcé dans votre estime. Pour ne pas flancher, vous allez devoir tenir vos positions, peut-être faire preuve d’autorité, de force mais c’est primordial. N’hésitez plus à vous imposer et arrêter de vous sentir jugé.

Positiver

Quand on n’a pas ou peu confiance en soi, on a tendance à tout voir à travers le prisme de la négativité. C’est une mauvaise habitude, clairement toxique et il est important de développer une image positive de soi et de prendre conscience de ses atouts, ses qualités, ses forces. C’est kitsch, mais le matin en vous levant, prenez le temps de vous étirer, de ressentir votre corps et prenez la direction du miroir et vous souhaitant une bonne journée et en vous faisant quelques petits compliments bienveillants.

Le yoga

Le yoga est basé sur une philosophie et des valeurs qui l’on va relier au mental, mais aussi à des exercices physiques. Les alignements, les mouvements et les respirations combinés stimulent des énergies qui agissent dans différents domaines pour différents résultats.

Il y a certaines postures qui permettent de trouver son centre, de chercher sa force intérieure, de la trouver et l’amener dans notre quotidien. Elles vont venir activer votre flamme intérieure et votre détermination pour révéler notre puissance.

Les postures conseillées pour des exercices quotidiens sont le guerrier et la chaise, que vous pouvez retrouver dans mon article sur mes postures de yoga pour débutants, mais aussi le bateau et le chien tête en bas, que vous pouvez trouver sur le web.

La sophrologie

La sophrologie nous reconnecte avec notre nature profonde, notre beauté intérieure. Le but, c’est de pratiquer des exercices de relaxation qui vont libérer vos sensations et vous faire redécouvrir notre corps. Cela va venir toucher vos perceptions, vos sensations, vos émotions. De la psychologie positive en pratique, pour reprendre contact avec votre corps et libérez votre esprit.

Comment avoir confiance en soi?

Chez certaines personnes, la confiance en soi se révèle naturellement, mais pour d’autres, elle doit se travailler, puis être intégrée. C’est un sentiment qui vous pousse à agir, une flamme qui vous attire vers les résultats que vous souhaitez obtenir.

Avoir une meilleure estime de soi, c’est parvenir à s’affirmer face aux autres, apprendre à obtenir ce que l’on veut vraiment. Ce n’est pas facile tous les jours, c’est un travail quotidien, mais désormais, je peux dire que j’ai du respect, de la fierté pour moi-même et que je m’apprécie enfin.

Mais au-delà de ça, aujourd’hui j’ai des ambitions, du potentiel et des qualités auxquelles je crois profondément. Quand vous êtes àl’aise  avec vous-même et avec les autres, rien ne peut vous arrêter.

La mode est un vaste sujet, futile pour les uns, une passion pour les autres, une espèce de thérapie en ce qui me concerne. Elle m’a appris à me voir autrement, à comprendre ce qui me va ou non, ce qui me valorise ou pas, de me révéler et de porter un regard différent sur mon propre corps.

S’accepter, apprendre à s’aimer est un chemin long et difficile. Je ne sais pas si un jour, on fait vraiment la paix avec tout ça, mais en tout cas, ce n’est pas une fatalité. Vous n’êtes pas le reflet de ce que les gens pensent savoir ou voir de vous, vous contrôlez votre image et les autres ne verront que ce que vous voulez bien montrer.

Mais pour ça vous devez comprendre, vous devez pouvoir en échanger à cœur ouvert, et ce n’est pas toujours facile, car on nous juge rapidement. Les apparences ne doivent pas vous enfermer et vous conditionner, au contraire, il faut vous en libérer et la parole est un outil redoutable pour ça.

C’est ce que je vous propose de faire le week-end prochain à la conférence  » La mode et le poids des apparences « . Cet évènement aura lieu le 12 mars et est organisé par la blogueuse mode The Curvy and Curly closet.

Gaëlle de son petit nom, a voulu pouvoir parler avec vous directement de ce sujet qui malheureusement influence et travesti l’image que l’on peut avoir de soi-même. Elle ne sera pas seule pour ouvrir le débat, en effet, des intervenants de choix seront là pour participer à la réflexion:

  • Chris Carvillo : styliste et présentateur de l’émission Belle toute nue
  • Danielle Ahanda : blogueuse et fondatrice d’Afrosomething
  • Mathilde : chanteuse et candidate de l’émission The voice 4
  • Julia Pajany : modèle et directrice du Pajany Calendar

L’entrée est à 25€ et un petit-déjeuner vous sera offert, mais surtout vous serez accueilli dans un très beau lieu puisque qu’il s’agit du showroom d’Hapsatou Sy. On vous donne donc rendez-vous le 12 mars à 9h30, au Viaduc des Arts, 1 bis avenue Daumesnil, dans le 12e arrondissement de Paris.

ACHETER SA PLACE

Attention les places sont limitées

Article un peu particulier aujourd’hui pour parler de bien-être, de santé, en mettant la loupe sur le cas de la dépression nerveuse. La maladie de la honte, celle que personne ne reconnaît, celle à laquelle on ne tend jamais une main et que tout le monde nie. Alors oui, la dépression nerveuse, ce n’est pas le cancer, ce n’est pas le sida, ça ne se voit pas toujours, ça ne se traduit pas forcement de manière évidente, mais ça existe, c’est difficile et ça tue.

La dépression nerveuse, un tabou?

Les blogs sont faits pour nous divertir, nous permettre de nous évader, mais doivent servir aussi à aider les autres, du moins c’est comme ça que je conçois le mien et mon rapport aux autres en général.

J’ai reçu quelques mails de lectrices qui se demandent comment faire pour s’accepter, certaines me livrent des bouts de vie et partagent avec moi des interrogations et j’ai voulu leur rendre la pareille en me livrant moi aussi un petit peu.

La dépression majeure est une maladie mentale reconnue par le corps médical. Il ne s’agit pas de déprime, de coup de blues ou de simples états d’âme, c’est bien plus que ça.

Mon histoire

J’ai été diagnostiquée dépressive à l’âge de 21 ans et je suis sortie de cette dénomination à l’approche de mes 24 ans, aujourd’hui, j’en ai 26. C’est une maladie où on donne constamment le change pour ne rien montrer, car d’une part, on a du mal à se l’avouer à nous-même même mais surtout parce que dans l’imaginaire collectif, c’est une maladie qui n’a pas de valeur, n’existe pas, alors mettre des mots là-dessus n’est pas toujours évident.

Être dépressif, ça traduit une fragilité et une perte de contrôle sur soi-même qui va à l’encontre des valeurs de perfection que la société nous envoie à la tronche du matin jusqu’au soir. Une maladie pas toujours bien diagnostiquée et surtout constamment sous-estimée.

Le tournant ça été lorsque j’ai arrêté mon cursus en sport-études, j’ai vécu cela comme un échec immense. C’était ma passion, le rêve de ma vie, j’avais travaillé très dur pour y arriver et j’ai eu du mal à accepter ce changement dans ma vie, j’avais clairement le sentiment d’avoir perdu une partie de moi-même. S’en est suivi la fin de ma relation amoureuse, une relation qui a duré 5 ans, dans laquelle j’ai grandi et me suis construite en tant que personne, femme et à laquelle je n’avais jamais imaginé de point final.

Ça été le point de départ d’une descente aux enfers que je n’aurais jamais imaginé et d’une remise en question de pas mal de mes principes de vie. Bien sûr, ce n’était pas les seules causes, c’était un peu l’arbre qui cache la forêt et ça a révélé chez moi une colère, une douleur que je n’avais jamais pu exprimer et que j’avais jusque-là minimisé car tout le reste allait parfaitement bien dans ma vie.

On essaie de se convaincre que ce n’est rien, qu’on fait une montagne de rien, on se sent coupable d’avoir aussi mal. Sans compter que culturellement, du fait de mes origines et mes croyances religieuses, la psychologie était une notion totalement absurde pour moi, bien que j’ai fait mes études dans le milieu social et médical. C’était bien pour les autres, mais je ne me sentais pas du tout concernée.

C’est un sentiment particulier de se sentir triste et anéantie, 24h sur 24h. Chaque seconde qui passe, chaque minute est une épreuve, un combat. Une tristesse quotidienne, qui s’intensifie toujours plus, qui s’installe et ne vous quitte plus. Vous vous sentez seul et désespéré, plus rien ne vaut la peine d’être vécu, plus rien n’a d’intérêt. On est constamment vulnérable, à fleur de peau, irrité, isolé, fatigué.

La notion d’estime de soi devient totalement inexistante, on culpabilise parce qu’on a une vie, des engagements, des études, une famille, des amis, mais à ce moment-là, ils ne comptent plus. Je suis alors entré dans une phase de dévalorisation et cela s’est traduit par une prise et une perte de poids. Un yo-yo incessant qui a rythmé mon quotidien durant des années. Je passais d’épisodes de boulimie à des périodes où je perdais totalement l’appétit et jeûnais volontairement en espérant que le manque de nourriture me tuerait.

Sans compter l’insomnie et l’effet « flagada » comme j’aime le dire. Sortir, répondre au téléphone, manger, se doucher, parler, tout était compliqué et me semblait au-delà de mes forces ; le simple fait de me lever le matin et de constater que j’étais toujours là me faisait pleurer, tout ou rien d’ailleurs me faisait pleurer, parfois sans raison. Il y a eu des périodes où je ne dormais plus de la nuit durant presque une semaine, 4 jours où mes paupières ne se fermaient pas pendant une seconde, je vous laisse imaginer le carnage.

Il est normal de se sentir parfois triste, pas d’humeur, déprimé, mais c’est très différent de la mélancolie. Une tristesse tellement profonde qu’elle s’incruste jusqu’à devenir une barrière dans votre évolution, jusqu’à vous donner envie de disparaître, de mourir.

Il y a des forces contre lesquelles on ne peut pas toujours lutté, du moins, nous ne sommes pas tous égaux devant certaines difficultés, pertes, souffrances. Il y a une idée reçue selon laquelle, tout est une question de caractère, détrompez-vous. La personne la plus volontaire et forte peut tomber dans la dépression. On ne se rend pas compte, personne ne peut comprendre le degré de souffrance, de torture dans lequel on s’engouffre, jusqu’où on peut aller.

Comment on s’en sort ?

Il n’y a pas de recette miracle et ça dépend de son histoire, son parcours, ses attaches, mais bien que la dépression ne soit pas chronique, on vit un peu avec ça quand même. Je suis sans doute plus sensible que les autres, une sensibilité qui me met à rude épreuve et me demande des efforts quotidiens pour tout recentrer, tout analyser, tout réfléchir pour ne pas me laisser envahir par mes émotions et mes sentiments.

Il y a les médicaments pour gérer ses angoisses et ses humeurs, mais ce type de médicaments étouffent les émotions. Bien qu’ils soient indispensables sur des périodes clés, ils ne sont pas la seule issue.

Faire une thérapie est sans doute la meilleure décision que j’ai prise. Ça aide à donner du sens aux maux, à la douleur, à notre comportement. La thérapie est un chemin long, souvent douloureux, mais avec à la clé la perspective du Soi, la chance de se découvrir et d’apprendre à se connaître. Se contenter d’antidépresseurs se résume à supprimer le symptôme, mais pas la cause, j’ai donc aussi fait de la sophrologie, appris à écouter mon corps, mes émotions et surtout j’ai repris tout ce que j’avais abandonné et qui me faisait du bien comme la mode et la musique.

Mon conseil

Autorisez-vous à vous sentir mal, à écouter cette douleur en vous et aller consulter un médecin. Ce ne sera peut-être pas une dépression, mais au moins vous vous donnerez une chance de comprendre et de faire le nécessaire.

Si vous avez traversé cette épreuve ou si vous êtes en plein dedans, essayé d’en parler à des personnes de confiance ou un professionnel de santé, si c’est trop dur pour vous d’en parler à votre famille ou votre compagnon par exemple.

N’attendez pas des autres qu’ils vous aiment et prennent soin de vous, faites-le vous-même, c’est par là que ça commence car personne d’autres que vous ne vous en sortira.

J’ai travaillé dur sur moi, les autres. J’ai compris, je sais, je suis désormais armée et cette période est derrière moi mais quelque part ça m’a rendu service et m’a permis de faire de moi, une priorité. Ce n’est pas facile, mais ce n’est pas censé diriger votre vie et surtout, ça ne définit pas qui vous êtes et qui vous deviendrez. Ne laissez pas cet état perduré et faites-vous confiance, vous comptez. J’espère que ce post aidera quelques personnes.

Aujourd’hui, je vais partager avec vous mon expérience. Dans les retours fait au blog, vous me parlez de confiance, d’assurance, de beauté intérieure comme extérieure et je vous en remercie. Je suis vraiment très heureuse d’arriver à partager autant de belles valeurs et inspirations avec vous.

Holistic, mon style de vie

Être Holistic, c’est un mode de vie, un genre d’auto-coaching de vie, une médecine douce pour le corps et l’esprit. Il s’agit de travailler sur vous, vous êtes beaux et belles comme vous êtes et votre estime de vous est importante.

Le mantra ? Prendre en compte l’être humain, dans son entièreté, à savoir le côté physique, mais également, mental, psychologique et émotionnel, voir spirituel.

J’ai été en sport-études, avec de la musculation et plus de 10h d’entraînements par semaine, pendant plusieurs années. J’ai toujours pensé compétition, performance, confrontation, gagne et lorsque j’ai arrêté cette pratique intensive, j’ai eu l’impression que mon monde s’écroulait.

posture yoga dos
Crédit Photos © Health & Cooking

Les aléas de la vie, une reprise de poids, une séparation, un changement de rythme dans mon quotidien et j’avais complètement perdu le goût de faire attention à moi. Il a fallu réapprendre à faire du sport pour le plaisir, pour me défouler et pas uniquement pour maigrir.

J’ai renoué avec la cuisine saine , j’ai commencé à faire mes courses au marché, choisir les produits . Mais j’ai également pris le temps de tester plusieurs disciplines (running, yoga, boxe, Ubound, kizomba) pour ne pas me lasser.

J’ai également appris à ne pas culpabiliser lorsque je mange un énorme burger au HD Diner ou que je mange un paquet de M&M’s devant la télé, tout simplement parce que j’aime ça, ça me fait du bien. Alors pourquoi s’en priver ?

Crédit Photos © Foodette
Crédit Photos © Foodette

Il faut être conscient de ce que l’on aime, de ce qui nous fait du bien et sur cette base-là, on peut adapter son quotidien pour changer ses habitudes et aller vers un style de vie plus sain sans se priver.

J’espère continuer à vous inspirer, vous conseiller et vous faire découvrir tout un tas de choses que vous ne connaissez peut-être pas. Je vous donne rendez-vous très vite pour de nouvelles aventures, de nouveaux défis et du bien-être en veux-tu en voilà !